Scepticisme et morale

Résumé : Le scepticisme moral de Hume ne se limite pas à la critique du rationalisme moral. Il se repère dans la fonction qu'il assigne, en morale, à l'imagination. Dans le Traité de la nature humaine, l'imagination est une instance de correction du sentiment et elle intervient dans le choix des règles déterminant les propriétés ou les titres à l'autorité. Hume précise dans l'Enquête sur les principes de la morale l'intention de son scepticisme en le distinguant de quatre formes de scepticisme excessif : celui qui nie la distinction du vice et de la vertu, celui qui explique cette distinction par l'égoïsme (Hobbes) ou l'artifice (Mandeville), celui qui démasque la justice en révélant sa source imaginaire (Montaigne et Pascal). Le scepticisme moral de Hume se présente alors comme plus modéré, sans rien concéder au rationalisme.
Type de document :
Article dans une revue
Revue Internationale de Philosophie, Presses Universitaires de France, 2013, 67 (263), pp.29-46. 〈https://www.cairn.info/revue-internationale-de-philosophie-2013-1-page-29.htm〉
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00812990
Contributeur : Eléonore Le Jallé <>
Soumis le : dimanche 14 avril 2013 - 15:12:03
Dernière modification le : mardi 3 juillet 2018 - 11:42:13

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00812990, version 1

Collections

STL

Citation

Eléonore Le Jallé. Scepticisme et morale. Revue Internationale de Philosophie, Presses Universitaires de France, 2013, 67 (263), pp.29-46. 〈https://www.cairn.info/revue-internationale-de-philosophie-2013-1-page-29.htm〉. 〈halshs-00812990〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

209