La première réception française du Cercle de Vienne : sciences, philosophie, droit, politique

Résumé : Les membres du Cercle de Vienne ont assez souvent souligné la parenté entre la philosophie française (de l'Encyclopédie à Duhem et Poincaré en passant par Auguste Comte) et leurs propres théories. Mais la réciproque n'est pas vraie. La philosophie française des années trente ne s'est guère intéressée au néopositivisme autrichien. Et la question se pose de savoir si l'on peut légitimement parler d'une réception française du Cercle de Vienne à cette époque. Les rares personnes qui s'y sont intéressées, comme Emest Vouillemin ou Louis Rougier, étaient en effet des figures marginales dans le paysage philosophique français et n'ont jamais constitué un mouvement ou un groupe, comme ce fut le cas dans de nombreux autres pays. Une analyse des raisons pour lesquelles ils se sont intéressés au Cercle de Vienne et des circonstances dans lesquelles cet intérêt a vu le jour peut peut-être cependant nous aider à comprendre, paradoxalement, le peu d'intérêt suscité en France par ces idées.
Mots-clés : philosophie Autriche
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00791640
Contributor : Christian Bonnet <>
Submitted on : Thursday, February 21, 2013 - 2:01:34 PM
Last modification on : Tuesday, April 24, 2018 - 5:20:10 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00791640, version 1

Citation

Christian Bonnet. La première réception française du Cercle de Vienne : sciences, philosophie, droit, politique. Autriche-France : transfert d'idées - histoires parallèles?, Nov 2006, Cergy-Pontoise ; Paris, France. pp.71-83. ⟨halshs-00791640⟩

Share

Metrics

Record views

230