Skip to Main content Skip to Navigation
Books

Tombes et espaces funéraires de la fin de l'Âge du Fer et du début de l'époque romaine à Nîmes (Gard).

Résumé : La question des pratiques funéraires à la fin de l'âge du Fer et au début de la période romaine (IIe et Ier s. av. J.-C.) est abordée à partir de l'analyse détaillée de vingt-cinq sépultures issues d'une dizaine de sites fouillés à Nîmes entre 1989 et 2002 dans le cadre d'opérations d'archéologie préventive. Constituée au moyen de méthodes homogènes, adaptées à la caractérisation des gestes funéraires, cette documentation inédite permet de restituer les grandes lignes d'un système qui se met en place au cours du IIe s. av. J.-C. à partir des usages du second âge du Fer et se maintient sans modifications majeures jusqu'à la fin du Ier s. av. J.-C. La confrontation de ces nouvelles données avec l'ensemble du corpus disponible pour le Midi de la Gaule fait apparaître des disparités régionales et souligne l'originalité des ensembles nîmois. Divers indices (recrutement sélectif des espaces sépulcraux, fréquence des armes, caractère ostentatoire des pratiques et des tombes) permettent d'associer ce phénomène au développement d'une élite à la fois guerrière et foncière, bénéficiaire de l'essor économique et politique de l'agglomération nîmoise qui acquiert au cours de cette période le statut de capitale régionale. Dispersées dans la campagne, disposées bien en vue le long des voies au sein des terroirs cultivés, ces tombes s'apparentent à des petites chambres funéraires. Le défunt, presque toujours incinéré, est le plus souvent représenté dans la tombe par de rares petits fragments d'os épars. Le mobilier est disposé sur le fond de la fosse ou sur des dispositifs d'étagement en bois. Il comporte des éléments de l'équipement personnel du défunt, et surtout des vases pour le service de la nourriture et celui de la boisson. Les restes de faune, d'espèces variées (avec une prédominance du porc) sont présents de manière systématique. Une partie des dépôts a fait l'objet de diverses manipulations (bris, mutilations, déformations...), parfois suivie d'une dispersion, témoins des gestes complexes associés à l'étape de l'enfouissement dans la tombe. À partir du milieu du Ier s. av. J.-C., l'évolution est marquée par une simplification de cette étape et une présence plus importante des restes du défunt dans la sépulture.
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00787127
Contributor : Sébastien Barberan <>
Submitted on : Monday, February 11, 2013 - 2:03:37 PM
Last modification on : Thursday, October 15, 2020 - 4:14:02 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00787127, version 1

Collections

INRAP | CNRS | ASM

Citation

Valérie Bel, Sébastien Barberan, Nathalie Chardenon, Vianney Forest, Isabelle Rodet-Belarbi, et al.. Tombes et espaces funéraires de la fin de l'Âge du Fer et du début de l'époque romaine à Nîmes (Gard).. Association pour le Développement de l'Archéologie en Languedoc-Roussillon, 519 p., 2008, Monographies d'Archéologie Méditerranéenne, Éric Gailledrat. ⟨halshs-00787127⟩

Share

Metrics

Record views

335