La convention : ce que Lewis doit (ou non) à Hume

Résumé : En m'intéressant à la condition du " common knowledge " au coeur de la définition de Lewis et à l'existence d'une " alternative " selon lui indissociable de l'idée même de convention, je montre en quoi la définition de la convention de Lewis se distingue de sa compréhension humienne. Pour y parvenir, je commence par présenter les étapes par lesquelles Lewis a élaboré la définition " finale " de la convention dans le livre de 1969, et la version ultime de l'article de 1972 " Languages and Language ". J'explique également en quel sens Lewis a voulu maintenir, contre Quine, qu'il y a des conventions de langage, tout en relevant cet autre défi de Quine consistant à rendre compte de l'analyticité relative à une population d'usagers d'un langage.
Type de document :
Article dans une revue
Klesis - Revue philosophique, Klesis, 2012, 〈http://www.revue-klesis.org/pdf/Klesis-Lewis-10-LeJalle.pdf〉
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00778487
Contributeur : Eléonore Le Jallé <>
Soumis le : dimanche 20 janvier 2013 - 16:42:58
Dernière modification le : mardi 3 juillet 2018 - 11:47:23

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00778487, version 1

Collections

Citation

Eléonore Le Jallé. La convention : ce que Lewis doit (ou non) à Hume. Klesis - Revue philosophique, Klesis, 2012, 〈http://www.revue-klesis.org/pdf/Klesis-Lewis-10-LeJalle.pdf〉. 〈halshs-00778487〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

271