Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Le “bidouillage”: comment les locuteurs de Langue des Signes Italienne (LIS) s’approprient et modifient le SignWriting pour le rendre plus adapté à leurs exigences.

Résumé : Les Langues des Signes (LS) – code linguistique visuo-gestuel utilisé par la plupart des sourds – n’ont pas de système d’écriture historiquement défini. Cela rend les LS en général, et la Langue des Signes Italienne (LIS) en particulier, assimilables aux langues à tradition exclusivement orale (Ong, 1982; Di Renzo et al., 2006a,b; Pizzuto et al., 2006). Dans des buts presque exclusivement scientifiques, de nombreux chercheurs ont développé des systèmes de représentations des LS, sans toutefois réussir à résoudre de façon adéquate le problème de la représentation des unités caractéristiques des LS (Antinoro Pizzuto et al., 2010) et celui des textes en LS (Fabbretti & Pizzuto, 2006; Pizzuto & Pietrandrea, 2001). Lors du CerLiCO 2010, (Bianchini et al., 2010) il a été montré que le SignWriting (SW) (Sutton, 1995) peut constituer une alternative efficace à ces problèmes de représentation. Le SW est un système en constante évolution, ce qui est démontré par le fait que l’International Sign Writing Alphabet (ISWA) (Sutton, 2010b) est constamment mis à jour sur la base des suggestions des utilisateurs du SW. Précisons que l’ISWA est l’ensemble des glyphes composant le système ; associés entre eux, ils permettent de représenter les unités de la LS. Au cours de nos recherches, de nombreux textes en SW ont été produits : certains directement pensés et réalisés en modalité écrite (LIS-ECRITE), et d’autres résultants de la transcription de récits en signes face-à-face (LIS-FAF). Une analyse de ces écrits nous a permis de mettre en évidence la tendance des auteurs des textes (tous sourds et experts de SW) d’adapter le SW à leurs exigences spécifiques, en modifiant ou en ajoutant des glyphes à l’ISWA « de base ». Nous avons appelé ce processus « bidouillage », terme d’apparence peu technique mais qui évoque particulièrement bien le phénomène. Dans cette communication, nous mettrons en relief les caractéristiques de ce bidouillage (cohérence avec l’ISWA, lisibilité, reproductivité, etc.) et les exigences qui amènent les auteurs à inventer ou modifier le SW (absences ou non connaissance de glyphes mais aussi annotation scientifique de phénomènes particuliers). Nous nous concentrerons aussi sur la différence entre le bidouillage lorsque le SW est écrit manuellement et lorsqu’il l’est en format électronique : la liberté donnée par le crayon et le papier est difficile à obtenir avec un ordinateur. Nous analyserons les possibilités et les limitations au bidouillage sur le SignMaker (Sutton, 2010a) – le logiciel officiel du SW – et les solutions conçues dans un nouvel éditeur électronique de SW, le SWift (Borgia, 2010), qui permet de recourir au bidouillage sans compromettre les fonctions de recherche de glyphes dans les signes. En conclusion, le SW doit être considéré comme un système ouvert, où la satisfaction des exigences de ses utilisateurs comporte une expansion du système, tout d’abord par le bidouillage et ensuite par les modifications officielles de l’ISWA. Toutefois, il est important de souligner que cette expansion n’entraîne pas une complication du SW, du moins tant que les modifications de l’ISWA resteront cohérentes avec le système (comme il advient dans le bidouillage). 1 Univ. Paris8 (UMR7023-SFL-CNRS) & Univ. Studi di Perugia & Ist. Scienze Tecnologie Cognizione - ISTC-CNR, Via Nomentana 56, 00161 Roma (Italy) - chiadu14@tiscali.it 2 Università di Roma 1 “La Sapienza”, Dip. Informatica - fabrizio.borgia@gmail.com 3 Univ. Studi di Perugia, Dip. Filosofia, Linguistica e Letteratura - castelli@unipg.it3) Bibliographie ANTINORO PIZZUTO, E., CHIARI, I. & ROSSINI, P., 2010, « Representing signed languages: theoretical, methodological and practical issues », in M. PETTORINO, F.A. GIANNINI, I. CHIARI & F. DOVETTO (éds.), Spoken communication, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 205-241. BIANCHINI, C.S., GIANFREDA, G., DI RENZO, A., LUCIOLI, T., PETITTA, G., PENNACCHI, B., LAMANO, L. & ROSSINI, P., 2010, « Écrire une langue sans forme écrite: réflexions sur l'écriture et la transcription de la Langue des Signes Italienne (LIS) », in XXIV colloque international du CerLiCO: Transcrire, Écrire, Formaliser 1 - Tours, 4-5/06/2010. BORGIA, F., 2010, SWift: Sign Writing improved fast transcriber, Mémoire de Master2, Università di Roma 1 "la Sapienza". DI RENZO, A., LAMANO, L., LUCIOLI, T., PENNACCHI, B., PIZZUTO, E., PONZO, L. & ROSSINI, P., 2006a, « Scrivere e trascrivere il discorso segnato: primi risultati di sperimentazioni con il sistema Sign Writing », in D. FABBRETTI & E. TOMASUOLO (éds.), Scrittura e Sordità, Roma, Carocci, 159-179. DI RENZO, A., LAMANO, L., LUCIOLI, T., PENNACCHI, B. & PONZO, L., 2006b, « Italian Sign Language (LIS); can we write it and transcribe it with SignWriting? », in ELRA EDITORS, Proceedings of the 2nd Workshop on the Representation and processing of Sign Languages: Lexicografic matters and didactic scenarios - LREC2006 – Genova, 25/05/2006, online, ELRA, 11-16. FABBRETTI, D. & PIZZUTO, E., 2006, « Dalle mani alla carta: aspetti teorici e metodologici della notazione della Lingua Italiana dei Segni », in D. FABBRETTI & E. TOMASUOLO (éds.), Scrittura e Sordità, Roma, Carocci, 139-158. ONG, W.J., 1982, Orality and literacy. The technologizing of the word, London & NewYork, Methuen. PIZZUTO, E. & PIETRANDREA, P., 2001, « The notation of signed texts: open questions and indications for further research », in B. BERGMAN, P. BOYES-BRAEM, T. HANKE & E. PIZZUTO (éds.), Sign language and Linguistics, 4-1/2 (special volume) "Sign transcription and database storage of Sign information", 29-43. PIZZUTO, E., ROSSINI, P. & RUSSO, T., 2006, « Representing signed languages in written form: questions that need to be posed », in ELRA EDITORS, Proceedings of the 2nd Workshop on the Representation and processing of Sign Languages: Lexicografic matters and didactic scenarios - LREC2006 – Genova, 25/05/2006, online, ELRA, 1-6. SUTTON, V., 1995, Lessons in Sign Writing: textbook & workbook, La Jolla, Deaf Action Commitee for Sign Writing. SUTTON, V., 2010a, SignMaker, online, http://www.signbank.org/signpuddle/ . SUTTON, V., 2010b, SignWriting official website, online, http://www.signwriting.org/ .
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00722596
Contributor : Claudia S. Bianchini <>
Submitted on : Wednesday, May 13, 2020 - 3:36:44 PM
Last modification on : Thursday, April 29, 2021 - 3:37:01 AM

Identifiers

Citation

Claudia S. Bianchini, Fabrizio Borgia, Margherita Castelli. Le “bidouillage”: comment les locuteurs de Langue des Signes Italienne (LIS) s’approprient et modifient le SignWriting pour le rendre plus adapté à leurs exigences.. 25ème Coll.CerLiCO "Transcrire, écrire, formaliser - 2", CerLiCO, May 2011, Orléans, France. pp.15-16, ⟨10.13140/RG.2.1.1982.4481⟩. ⟨halshs-00722596⟩

Share

Metrics

Record views

270

Files downloads

12