Quand la malédiction sauve la ville : structure d'un paradoxe.

Résumé : L'auteur cherche à montrer qu'Étéocle, dans les Sept contre Thèbes, reconnaît à la malédiction un rôle politique en même temps que son rôle dans le destin de la famille royale. Elle cherche à montrer que, prenant en compte le fait que la malédiction, désormais, pourra paradoxalement assurer le salut de la ville, Étéocle subordonne ses choix politiques à l'accomplissement de cette malédiction, mais n'en tient pas moins - au contraire- son rôle de chef, tout autant qu'il se comporte en frère maudit. Eschyle crée ainsi une structure originale qui annule l'écart entre malédiction familiale et décisions politiques. Pour cela, l'auteur se base sur la relecture de trois passages en particulier, les vv. 69-77 (la prière d'Étéocle), et les vv. 573-588 et 617-618 (les mots d'Amphiaraos, rapportés par le messager puis interprétés par Étéocle).
Type de document :
Communication dans un congrès
Journée d'études: Les Sept contre Thèbes d'Eschyle, Leucippé et Clitophon d'Achille Tatius., 2011, France. pp.39-58, 2012
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00714519
Contributeur : Anne De Cremoux <>
Soumis le : mercredi 4 juillet 2012 - 19:04:54
Dernière modification le : mardi 3 juillet 2018 - 11:32:41

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00714519, version 1

Collections

Citation

Anne De Cremoux. Quand la malédiction sauve la ville : structure d'un paradoxe.. Journée d'études: Les Sept contre Thèbes d'Eschyle, Leucippé et Clitophon d'Achille Tatius., 2011, France. pp.39-58, 2012. 〈halshs-00714519〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

152