La cueillette de plantes alimentaires en pays soninké (Sénégal) depuis la fin du XIXème siècle. Histoire et devenir d'un savoir-faire

Résumé : En Afrique sahélienne, marquée dans son histoire par des crises alimentaires récurrentes, l'agriculture et la cueillette ont été des activités complémentaires jusqu'à ces dernières années. En pays soninké, en particulier, la cueillette est une pratique régulière et socialement organisée, qui procure des aliments de complément en période d'abondance et des nourritures de substitution en période de crise. En l'absence de famine, elle joue un rôle important dans l'équilibre nutritionnel. Cet ancien travail servile a progressivement concerné tous les groupes sociaux depuis la fin du XIXème siècle, participant ainsi d'une évolution plus générale de la société soninkée. Actuellement, cependant, on constate un recul de la cueillette, plus ou moins marqué selon les régions, recul qui est lié à la dégradation du couvert végétal et au changement des modes de vie. Cela est dû notamment dans la haute vallée du Sénégal, à la monétarisation de l'économie, avec l'essor des migrations de travail, et à la transformation du système de production, avec la création de périmètres irrigués. Cette tendance a sans doute été renforcée par le manque d'intérêt pour la cueillette dans les milieux de la recherche et du développement. Cette activité repose sur la connaissance de la végétation et sur différentes techniques de récolte et de préparation. Elle joue un rôle dans la gestion de l'environnement, au même titre que l'agriculture, l'élevage, la pêche ou la chasse. Cette pratique a aussi une dimension sociale et symbolique, comme le montrent les témoignages et les chants de cueillette. En tant que moyen de subsistance et signe de pauvreté, la cueillette peut être à la fois un objet d'éloge et de dénégation. En temps de crise, en effet, non seulement la survie est menacée mais aussi l'identité sociale. Cette perception ambigüe de la cueillette constitue l'arrière plan de sa dévalorisation et de son déclin actuels. Sans perdre de vue l'ambivalence de la cueillette en milieu soninké - comme ailleurs en Afrique -, on peut s'interroger sur les conséquences de son recul au niveau de la connaissance et de la protection de l'environnement. Le déclin de la cueillette va dans le sens de l'uniformisation des systèmes agricoles, tout en augmentant leur vulnérabilité aux risques écologiques et économiques. Avant que ne disparaissent ces savoir-faire et les différentes pratiques qui leur sont liées, ne faudrait-il pas les prendre en considération et les réévaluer ? Si oui, selon quelles modalités ?
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Georges Dupré (éd.). Savoirs paysans et développement, Karthala - Orstom, p. 253-287, 1991
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [4 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00709119
Contributeur : Monique Chastanet <>
Soumis le : dimanche 17 juin 2012 - 23:44:21
Dernière modification le : jeudi 29 septembre 2016 - 01:15:09
Document(s) archivé(s) le : mardi 18 septembre 2012 - 02:25:29

Fichier

art._cueillette.pdf
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00709119, version 1

Citation

Monique Chastanet. La cueillette de plantes alimentaires en pays soninké (Sénégal) depuis la fin du XIXème siècle. Histoire et devenir d'un savoir-faire. Georges Dupré (éd.). Savoirs paysans et développement, Karthala - Orstom, p. 253-287, 1991. 〈halshs-00709119〉

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

496

Téléchargements du document

733