Skip to Main content Skip to Navigation
Preprints, Working Papers, ...

La lune et le soleil: du genre linguistique à la symbolique du genre

Résumé : Quelle peut être la fonction du genre grammatical dans une langue où des marques redondantes s'imposent aux utilisateurs (en français et en allemand par exemple) à côté d'une langue telle que l'anglais où ses vestiges formels offrent une liberté plus grande d'attribuer les traits masculins et féminin à des notions ou des objets inanimés et asexués ? Faut-il se contenter d'invoquer la conception saussurienne de l'arbitraire du signe auquel serait assigné par convention un genre grammatical en guise d'explication de cette classification sans utilité ni logique apparente ? Partant d'une intuition de Roman Jakobson, je défendrai l'idée que la catégorie du genre est l'expression linguistique d'une vision symbolique du monde dont la notion de stéréotype ne rend pas compte de manière satisfaisante. Des exemples empruntés à la poésie de langue allemande ainsi qu'à Shakespeare illustreront le statut problématique de la personnification d'inanimés et le rôle de révélateur de la traduction aux prises avec des difficultés au croisement du linguistique et du poétique. Dans une perspective traductive et traductologique, la polarité masculin-féminin et le transfert métaphorique de traits sexuels auquel elle donne lieu avec la personnification doivent se comprendre à un niveau plus élevé et plus étendu que celui d'une poétique propre au champ littéraire ou d'une stylistique reflétant une sensibilité personnelle qui prendraient appui sur le plan biologique. Cette distinction figure au plan symbolique la séparation d'une unité primordiale scindée en un principe actif opérant sur le mode du don auquel répond un principe passif réagissant sur celui de la réceptivité. Pour nombre de poètes n'appartenant ni à la même école ni à la même époque, tout ce qui touche au domaine céleste est ainsi du genre masculin tandis que le terrestre est associé au féminin. Le symbolisme mis en relief par la traduction dans les textes et les langues s'enracine dans un terreau pré-langagier et fleurit dans la tradition théologique et philosophique sous les traits de la dualité de l'essence et de la substance (ce que Aristote a appelé " acte " et " puissance " et les Scolastiques après lui " forme " et " matière "). Cette dualité constitutive de toute manifestation et indissociable de toute création symbolise à son tour la finalité de la traduction et la tâche du traducteur en les ordonnant à la complémentarité essentielle des langues humaines dont Walter Benjamin fait la condition indispensable à la restauration de l'unité originaire de la " langue pure ", idiome où sont précisément abolies les distinctions de genre et de nombre.
Document type :
Preprints, Working Papers, ...
Complete list of metadata

Cited literature [10 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00684243
Contributor : Jean-Marc Chadelat <>
Submitted on : Saturday, March 31, 2012 - 10:51:02 AM
Last modification on : Friday, March 24, 2017 - 9:30:06 AM
Long-term archiving on: : Sunday, July 1, 2012 - 3:06:03 AM

Files

La_lune_et_le_soleil.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00684243, version 1

Collections

Citation

Jean-Marc Chadelat. La lune et le soleil: du genre linguistique à la symbolique du genre. 2008. ⟨halshs-00684243⟩

Share

Metrics

Record views

502

Files downloads

2548