La belle captive. La girafe dans les ménageries princières au Moyen Âge

Résumé : La communication fait le point sur la présence de la girafe dans les ménageries princières européennes au XIIIe et XVe siècles. Cet animal rare n'avait plus été vu en Europe depuis l'Antiquité ; à l'occasion d'échanges diplomatiques avec les sultans d'Égypte, plusieurs spécimens sont offerts aux souverains et princes espagnols et italiens. Ce cadeau de roi est une tradition dans le monde arabo-musulman depuis le début de l'hégire, que ce soit entre les monarchies musulmanes ou vers Byzance, l'Inde, la Chine et l'Europe. Nous nous préoccuperons de savoir comment les Arabes se procuraient cet animal rare, ne vivant que dans les lointaines savanes sub-sahariennes : par tribut imposé aux royaumes nubiens ou par cadeaux reçus de leurs souverains ; par chasse et capture ; par commerce avec la Nubie et l'Éthiopie et transport maritime ou terrestre via le port d'Aden ; par envois depuis la ménagerie du Caire vers le Maghreb, Constantinople ou l'Europe. Sans ce " commerce " arabe et la tradition d'envois d'animaux " diplomatiques ", aucune girafe n'aurait pu fouler le sol européen avant la période moderne, ce qui fut effectivement le cas entre la Renaissance et le XIXe siècle. Nous examinons ensuite les sources textuelles et iconographiques (occidentales et arabes) permettant d'attester de la présence de la girafe à la cour des Hohenstaufen (Frédéric II en posséda une avant 1240 : son fils Manfred une en 1262), d'Espagne (Alphonse le Sage, 1261) et d'Italie (Laurent de Médicis en 1486). Pour la girafe de Frédéric II, la source principale se trouve chez Thomas de Cantimpré et Albert le Grand : ce sera l'occasion d'observer les conséquences de l'arrivée de l'animal en Europe dans les savoirs zoologiques de cette époque, alors que le Moyen Âge connaissait de l'Antiquité un animal nommé camelopardalis, " girafe " transmise (mais très approximativement décrite) par Pline, Solin et Isidore de Séville, et que les médiévaux ne sauront pas identifier à la girafe réelle (à la différence notable des auteurs byzantins). Dans les encyclopédies du XIIIe siècle, la girafe est décrite comme un animal de ménagerie, qui est exhibé pour son aspect spectaculaire et sa grande beauté. À partir du XIIIe siècle, se forme en italien le mot giraffa, dérivé de l'arabe zarâfa (girafe), conséquence probable de l'arrivée de l'animal à la cour de Frédéric. Au XVe siècle, les érudits et humanistes de la cour de Laurent le Magnifique observent attentivement l'animal et l'identifient à celui évoqué dans les textes de l'Antiquité, parfaitement décrit par les auteurs grecs ignorés du Moyen Âge occidental (Strabon, Héliodore, Diodore) : la kamelopardalis antique est ainsi identifiée à l'animal observé à Florence au Quattrocento, qui porte un nom vernaculaire bien éloigné de son nom antique. Tout au long de l'article, sont étudiées des images de girafes " captives ", extraites de manuscrits enluminés ou de reproductions d'objets peints : ce sera l'occasion de s'interroger sur la valeur de témoignage historique de telles images et de les comparer à d'autres représentations de l'animal peint " au naturel ", parfois avec grand réalisme, indiquant un travail d'après nature. Enfin, nous aborderons des questions symboliques : animal de roi (" Pas de girafe sans empereur ", comme un chercheur -- P.-L. Gatier -- a pu l'écrire), cadeau diplomatique exceptionnel, attribut du pouvoir, pouvant évoquer les merveilles de l'Orient et le faste des triomphes impériaux antiques romains. La peinture italienne des XVe et XVIe siècles nous offrira quelques exemples de mise en scène de l'animal dans ce contexte.
Document type :
Book section
Corinne Beck et Fabrice Guizard-Duchamp. La bête captive au Moyen Âge et à l'époque moderne. (Actes des deuxièmes rencontres internationales " Des bêtes et des hommes " (Valenciennes, 8-9 novembre 2007), Amiens, Encrage, pp.65-90, 2012, Encrage université


https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00664537
Contributor : Thierry Buquet <>
Submitted on : Saturday, March 3, 2012 - 3:55:52 PM
Last modification on : Wednesday, March 7, 2012 - 1:53:56 PM

File

buquet-girafe-belle-captive-ha...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00664537, version 2

Collections

Citation

Thierry Buquet. La belle captive. La girafe dans les ménageries princières au Moyen Âge. Corinne Beck et Fabrice Guizard-Duchamp. La bête captive au Moyen Âge et à l'époque moderne. (Actes des deuxièmes rencontres internationales " Des bêtes et des hommes " (Valenciennes, 8-9 novembre 2007), Amiens, Encrage, pp.65-90, 2012, Encrage université. <halshs-00664537v2>

Export

Share

Metrics

Record views

668

Document downloads

493