S. Tu-ne-trouves-pas-de-taxi-talab, tu peux arrêter un service? Il t'emmènera où tu veux ! Il peut même t'emmener jusqu'à Ramallah, pas de problème pour lui ! (Rires). C'est là tout le problème. Mais la cause du problème, ce n'est pas toi qui as arrêté le taxi, ni lui qui s'est arrêté? Le problème

F. Entretien-avec, Ministère des transports de Ramallah, 2011.

. Au-début-de-notre-entretien, Yasîn avait commencé par me dresser une liste des « points positifs

L. Travail-de-chauffeur-de-taxi-est-souvent-vu and . En-cisjordanie, Dans un contexte où deux demi-revenus inférieurs aux besoins ne font pas un revenu entier suffisant, le recours à un travail informel est souvent une solution. C'est ce que font presque tous les chauffeurs de taxis, en introduisant une « dose d'informalité » dans leur travail régulier. À son arrivée en 1994, l'Autorité palestinienne n'a pas pu rénover en profondeur le système des « transports publics » : elle a dû composer avec l'existant. En Cisjordanie, où l'intérêt de la puissance d'occupation israélienne est de limiter les mobilités (pour « raisons de sécurité », et comme instrument de contrôle social), et oùl'autorité proto-étatique ne possède pas assez de pouvoirs pour réformer de l'intérieur la sphère des transports, les pouvoirs publics se sont orientés vers des formes de réglementations qui ne parviennent pas à totalement réguler le secteur ; celui-ci reste caractérisé par des larges poches informelles. En assouplissant la réglementation, l'Autorité palestinienne a, d'une certaine manière, régularisé cet informel ? mais en distribuant des permis de taxi comme manière de pallier le chômage, elle s'est enfermée dans un cercle vicieux, créant une situation d'hyper-concurrence qui, loin d'ajuster l'offre à la demande, n'est au contraire profitable à personne. Pour y remédier, les chauffeurs n'ont d'autre solution ? tout en critiquant le système et en déplorant, les deux bouts. C'est ainsi que Hassân conclut : « Finalement, le secteur des transports n'est pas ordonné du tout? Mais, tu connais quelque chose qui soit ordonné chez nous ? » Références

R. Bdair-reema, Transportation Strategic Planning Under Uncertainty ; The Palestinian Case, 2011.

Z. Issa-amjad and . Fathi, The Impact of Ministry of Transport Policies on Public Transportation in Palestine, 2006.

T. Salim and . Israel, s Search for a Native Pillar : the Village Leagues Occupation : Israel Over Palestine, Naseer Aruri (dir.), p.79

R. Sara, The Gaza Strip, The Political Economy of De-Development, 1995.

R. Sara and . De-development-revisited, Palestinian Economy and Society Since Oslo, Journal of Palestine Studies, vol.28, issue.3, pp.64-82, 1999.

S. Aude, Palestine : la fin des fenêtres d'opportunité ? », Politique étrangère, pp.781-791, 2005.

Z. Khalil, Investment opportunities for Small and Medium Enterprises (SMEs) in the Palestinian Transportation Sector, The Palestine Economic Policy Research Institute, p.21, 2010.