L'enclitique -i introducteur de relative en persan : Déterminant, allomorphe de l'ezāfe, ou autre chose encore ?

Résumé : Les grammaires du persan énumèrent deux enclitiques nominaux homonymes réalisés par la voyelle -i, le premier étant généralement considéré comme un article indéfini, et le second, qui apparaît exclusivement avec une relative restrictive, comme un article défini ou démonstratif. Plusieurs études ont toutefois tenté de démontrer l'identité de ces deux morphèmes sur la base de leurs propriétés distributionnelles et sémantiques communes. Une hypothèse différente a été avancée dans une étude récente: la distinction entre les deux enclitiques y est maintenue, mais celui qui introduit les relatives restrictives est analysé comme une variante de l'ezāfe. Dans cet article, je montrerai que ces deux positions, quoique conceptuellement attrayantes, ne rendent pas compte de façon adéquate des données empiriques. Toutefois, contrairement à la traduction grammaticale, qui voit en -i introducteur de relative un déterminant défini ou démonstratif, je l'analyserai comme un ligateur ou un joncteur, à l'instar de l'ezāfe, mais qui contrairement à ce dernier, qui est sémantiquement vide, a une valeur 'intersective'.
Type de document :
Article dans une revue
Studia Iranica, Peeters Publishers, 2006, 35 (1), pp.7-34
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00645211
Contributeur : Pollet Samvelian <>
Soumis le : dimanche 27 novembre 2011 - 12:25:36
Dernière modification le : vendredi 24 mars 2017 - 09:57:08

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00645211, version 1

Collections

Citation

Pollet Samvelian, Pollet Samvelian. L'enclitique -i introducteur de relative en persan : Déterminant, allomorphe de l'ezāfe, ou autre chose encore ?. Studia Iranica, Peeters Publishers, 2006, 35 (1), pp.7-34. 〈halshs-00645211〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

215