Les motifs dés)enchantés de l'action publique régionale à Lyon et à Naples

Résumé : Ce chapitre propose une approche comparée sur des politiques publiques menées dans deux régions (une en France et une en Italie) en focalisant l'attention sur les transactions qui s'opèrent à l'échelon de leur principale métropole. L'argument est construit en deux temps. La première partie présente des résultats empiriques tirés de deux enquêtes menées en Rhône-Alpes et en Campanie sur la décentralisation et la territorialisation des politiques publiques, respectivement dans les domaines des transports et de l'environnement. De façon sélective, nous avons choisi de focaliser l'attention sur le pilotage, par ces deux régions, de programmes sectoriels structurants en matière de transports ferroviaires et de gestion des déchets. Ces programmes ont pour spécificité d'impliquer des négociations importantes entre les collectivités régionales et le monde urbain (en l'occurrence les métropoles de Lyon et de Naples). Ce choix empirique n'est pas fortuit : nous avons retenu deux situations hyper médiatisées de politiques régionales complexes, avec d'un côté la réussite exemplaire d'un projet partenarial sur les trains régionaux et de l'autre l'échec retentissant d'un programme de traitement des ordures ménagères. Ces cas d'étude illustrent des situations idéaltypiques opposées de " gouvernance territoriale " avec d'un côté une success story et de l'autre un fiasco gestionnaire. Nous verrons que la comparaison permet d'identifier une série de paradoxes qui sont autant d'énigmes politiques, la plupart des résultats invalidant les connaissances établies sur le pluralisme et la performance institutionnelle. La seconde partie s'attachera à élaborer une grille de lecture de science politique qui éclaire ces résultats. Pourquoi, malgré des outils, des lois et des acteurs aux caractéristiques sociopolitiques assez comparables, les politiques régionales sont-elles appréhendées de façon si différente à Lyon et à Naples ? Nous défendrons pour principale hypothèse explicative que les énigmes en présence perdent de leur mystère à condition d'engager des investigations dans une perspective microsociologique située et en braquant la focale sur le récit des acteurs. Cette entrée culturaliste par les discours nous permettra de spécifier successivement les traumatismes, les promesses et les croyances en présence. Il s'agira pour nous de repérer la dimension politique sur ce que la sociologie urbaine de Georg Simmel nommait l'esprit des lieux (Grafmeyer Joseph 1979). Nous chercherons à montrer comment les effets de localité génèrent les motifs de l'enchantement et du désenchantement dans les politiques publiques étudiées. Enfin, la conclusion évoque les défis méthodologiques et théoriques qui sont posés par cette approche focalisée sur le rôle des énoncés politiques dans la mise en ordre des sociétés locales. S'intéresser aux régularités discursives qui délimitent ce qu'une époque et ce qu'une ville peuvent penser, c'est s'aventurer sur le continent noir des fondations passionnelles de l'action publique locale, ce qui implique sans doute quelques transgressions interdisciplinaires par rapport à l'hyperspécialisation contemporaine des savoirs.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00643781
Contributor : Alain Faure <>
Submitted on : Tuesday, November 22, 2011 - 5:41:23 PM
Last modification on : Tuesday, March 13, 2018 - 4:40:05 PM
Long-term archiving on : Thursday, February 23, 2012 - 2:35:08 AM

File

FAUREnapleslyon.pdf
Explicit agreement for this submission

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00643781, version 1

Collections

Citation

Alain Faure. Les motifs dés)enchantés de l'action publique régionale à Lyon et à Naples. Sylvain Barone. Les politiques régionales en France, La Découverte, pp.207-233, 2011, Recherches. ⟨halshs-00643781⟩

Share

Metrics

Record views

383

Files downloads

140