La ligne brisée, ou l'image de la malédiction du pouvoir royal à León au Moyen Âge

Résumé : Urraque Ire de León-Castille fut tuée par la foudre alors qu'elle sortait de la basilique de Saint-Isidore, les bras chargés du trésor sacré qu'elle venait de dérober. La punition de la reine par Dieu renvoie indéniablement au traditionnel discours clérical qui visait à exclure les femmes des espaces sacrés et, partant, de l'Église. Cependant, dans les chroniques castillanes de la fin du XIIIe siècle, l'intention du récit est clairement politique. La sanction d'Urraque est réactivée pour rappeler le rôle, toujours néfaste, des femmes au pouvoir ; la brisure symbolique du corps royal servant à éloigner, par avance, toute nouvelle tentative d'immixtion d'une femme dans les affaires du royaume.
Type de document :
Article dans une revue
e-Spania - Revue interdisciplinaire d’études hispaniques médiévales et modernes, Civilisations et Littératures d’Espagne et d’Amérique du Moyen Âge aux Lumières (CLEA) - Paris Sorbonne, 2008, 3, n.p. 〈10.4000/e-spania.375〉
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00626068
Contributeur : Vanessa Ernst-Maillet <>
Soumis le : vendredi 23 septembre 2011 - 13:53:59
Dernière modification le : lundi 18 septembre 2017 - 10:48:24

Identifiants

Collections

Citation

Charles Garcia. La ligne brisée, ou l'image de la malédiction du pouvoir royal à León au Moyen Âge. e-Spania - Revue interdisciplinaire d’études hispaniques médiévales et modernes, Civilisations et Littératures d’Espagne et d’Amérique du Moyen Âge aux Lumières (CLEA) - Paris Sorbonne, 2008, 3, n.p. 〈10.4000/e-spania.375〉. 〈halshs-00626068〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

114