Peut on classer les universités en fonction de leur performance d'insertion ?

Résumé : Afin de mesurer la qualité de l'insertion de leurs diplômés, la très grande majorité des universités a développé un système d'observation régulier de l'insertion de leurs étudiants. Plus récemment, sous l'impulsion du MESR, une enquête commune à plus de 70 établissements a été réalisée sur les diplômés de master. Si l'objectif était de proposer aux étudiants une information nécessaire sur leurs débouchés professionnels, est apparue rapidement la tentation de classer les universités en fonction de leur "performance" d'insertion. Le travail proposé dans cet article se veut une contribution à la réflexion sur la pertinence d'une telle mesure à partir des enquêtes existantes. Dans une première partie, nous nous proposons de revenir sur le classement des universités présenté dans les premiers résultats publiés par le Ministère à partir de l'enquête Master 2007. Nous montrons que le poids des effets de structure et des effets régionaux du marché du travail influencent largement ce classement. Dans une seconde partie, nous nous proposons de discuter de la mesure des effets établissements sur l'insertion professionnelle à partir de la littérature existante notamment en économie de l'éducation. Comme on pourra le voir, il apparaît souvent difficile de mettre en évidence des effets nets liés aux établissements, notamment lorsque l'on tient compte des caractéristiques individuelles des étudiants au sein de ces établissements. Enfin, dans une troisième partie, à partir des données de l'enquête Génération 2004 du Céreq sur les sortants des universités, mais également des écoles d'ingénieurs, nous proposons de mesurer l'effet spécifique des établissements sur les salaires des diplômés, en contrôlant les caractéristiques individuelles des étudiants et celles de leur marché local du travail. Pour les différents types d'établissement d'enseignement supérieur, nous montrons que l'effet "établissement" est en général faible ou inexistant : la plus grande partie de la variance des salaires, quelle que soit la formation, est expliquée par des caractéristiques individuelles des diplômés et par la conjoncture sur le marché local du travail où la majorité d'entre eux s'insère. De plus, lorsqu'ils existent, une partie des effets établissements pour les universités s'explique par la part des boursiers sur critères sociaux dans l'établissement, qui a toujours un effet significatif et négatif sur la rémunération des diplômés.
Liste complète des métadonnées

Cited literature [16 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00564859
Contributor : Bertille Theurel <>
Submitted on : Thursday, February 10, 2011 - 11:48:34 AM
Last modification on : Thursday, April 4, 2019 - 10:18:04 AM
Document(s) archivé(s) le : Wednesday, May 11, 2011 - 2:54:26 AM

File

DT_2011-2.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00564859, version 1

Citation

Jean Bourdon, Jean-François Giret, Mathieu Goudard. Peut on classer les universités en fonction de leur performance d'insertion ?. 11004. Les Document de Travail de l'IREDU, DT 2011/2, 29 p. 2011. 〈halshs-00564859〉

Share

Metrics

Record views

516

Files downloads

539