Analyse pseudo-longitudinale de la transformation de l'offre des formations d'ingénieurs en France : une évaluation par le rendement des diplômes

Résumé : En France, comme ailleurs dans la zone, le déclin des emplois industriels est profond, de plus de 6 millions il y a quarante ans, le rythme actuel de destruction d'emploi est proche d'une centaine de milliers pas an. Accéléré par la crise actuelle, l'enfoncement du seuil de trois millions d'emplois industriels est aujourd'hui inéluctable à court terme. De seul cadre technique de l'industrie, le métier d'ingénieur a lui aussi évolué. Le seul fait d'évoquer les métiers de l'ingénierie financière est là pour le rappeler, d'une part et d'autre part les firmes industrielles se sont profondément transformées puisque le taux d'ingénieurs diplômés dans l'emploi peut y représenter plus du tiers. Cette lourde tendance est à mettre en parallèle de l'évolution de l'offre de formation des ingénieurs qui elle aussi a été ample. Ici, en exploitant, sur le long terme, des vagues successives des enquêtes socio-économiques du CNISF et en essayant, par pondération, de les rendre plus représentatives, en continu, de la population des ingénieurs diplômés, nous en tirons quelques conclusions sur l'évolution du rendement du diplôme. Les transformations de l'offre ne paraissent pas être un facteur aggravant de la discrimination sur le genre, si l'on corrige de l'effet de structure que les formations les plus récentes sont souvent les plus féminisées. De manière incontestable il existe une prime de rendement pour les écoles les plus prestigieuses qui ont su bénéficier de leur prestige pour ne pas trop évoluer dans leurs structures. A l'inverse l'extension de l'offre paraît avoir augmenté la dispersion de la rémunération des ingénieurs. Une application des modèles de quantile avec effets de traitement, suivant que l'école subisse ou non, des modifications importantes de son offre de formation montre que si des évolutions, ou création, d'offre de formation vers les technologies nouvelles est rémunérateur, le signalement de diplômé d'une école nouvelle, ou en mutation durable, contraint fortement la rémunération de ceux qui déjà n'étaient pas dans les déciles les plus favorables.
Type de document :
Communication dans un congrès
CEREQ. Évaluation et données longitudinales : quelles relations, May 2010, Marseille, France. CEREQ, pp.247-262, 2010, Relief
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00525620
Contributeur : Bertille Theurel <>
Soumis le : mardi 12 octobre 2010 - 12:21:42
Dernière modification le : vendredi 8 juin 2018 - 14:50:23

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00525620, version 1

Collections

Citation

Jean Bourdon. Analyse pseudo-longitudinale de la transformation de l'offre des formations d'ingénieurs en France : une évaluation par le rendement des diplômes. CEREQ. Évaluation et données longitudinales : quelles relations, May 2010, Marseille, France. CEREQ, pp.247-262, 2010, Relief. 〈halshs-00525620〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

161