, Grande joie du Père Duchêne sur l'élar gis se ment du curé d'Issy-l'évêque [?] (Le Père Duchesne de la place Henri IV, de l'abbé Robin

. Je-suis-le-véri-table-père-duchesne, Soixan tième lettre bou gre ment patrio tiques du véri table Père Duchêne, de Lemaire, 24 mars 1791 (cf. supra note 16). (56) En 1793 et 1794, le mot « cul » tend à se raré fi er sous la plume d'Hébert, sauf dans cette expres sion encore assez pré sente, vol.265, pp.118-1792

, « Pes tant de se voir rasi bus, Et d'avoir tous la pelle au cul, Y aisé ment cela se peut croire

, Leurs maî tresses et leurs che vaux, Mais nom d'un chien ! On a l'moyen D'leux cas ser à tous la mâchoire, Ils vou draient ravoir leurs châ teaux

L. Paris, Cette petite pièce ano nyme raconte les vains espoirs d'un desser vant qui aspire à deve nir curé de sa paroisse, de laquelle les habi tants le chassent manu militari. Il ambi tion nait d'être curé, mais « après avoir eu l'eau à la bouche, il a fi ni la pelle au cul ». Et la pièce s'achève notam ment par un petit cou plet qui sou ligne un autre emploi du mot « cul » pour signi fi er un départ pré ci pité : « L, p.1791

. Je-suis-le-véri-table-père-duchesne, , pp.148-1792

L. Ano-nyme and S. Can-tique-sécu-laire-du-père-duchesne, Un autre exemple est fourni par Le Père Duchesne à ses amis (1790) : « Mes bons amis, on se fout de nous, on vou drait la guerre civile, on vou drait nous dés unir, parce qu'alors les Prus siens, les Autri chiens, les Pandours, les Hullans et mil autre Jean-foutres de cette espèce vien drait nous don ner tout à leur aise de la pelle au cul

, « Vous croyez donc tou jours que ça n'ira pas, sacrés mâtins que vous êtes

I. Sl and . De-malbouroux, ou de ceux qui s'opposent à tous les décrets de l'Assem blée [?] » ? Avec cette allu sion expli cite à la loi mar tiale votée le 21 octobre 1789 et ce blanc-seing de facto donné à ceux qui, au nom de la légi ti mité, vio le raient la léga lité pour appli quer une jus tice « popu laire » en lieu et place de la jus tice défaillante 63 , les culs ont tout inté rêt à se proté ger? Les contre-révolutionnaires ne quittent pas le royaume comme s'ils avaient « le feu au cul » ? Qu'à cela ne tienne, il suf fi ra de pro vo quer l'incen die, de leur « [? foutre] un barril de poudre au cul, si cela continue » 64 , voire de les sodo mi ser avec des bou lets pour être assuré du résultat 65 ! Les réduire à néant, les trans for mer en « torche-cul » 66 , revien drait somme toute à adop ter des solu tions dignes de tyrans fantasmés, 1790. membres qu'il n'est pas pos sible de faire jus tice en-dehors des lois, « [?] ils demandent quels sont les plus cou pables, de ceux qui s'opposent au décret du dra peau rouge

«. Je and . Qu, Quand un ministre mou rait de sa belle mort, ou qu'on lui fou tait la gueule en l'air, on cou vrait de sa peau le siège de son succes seur? -Ah ! Duchesne mon ami, p.67

, il fût pos sible de les conver tir, plu tôt que d'être obligé de les lan ter ner : ce qui arri vera ; car on n'a d'abord cor rigé leurs fureurs qu'avec des coups de pieds au cul, et je sens mon âme déchi rée quand je songe qu'on n'aura plus pour eux aucun ménage ment » (Soixante-dixième lettre bou gre ment patrio tiques du véri table Père Duchêne, de Lemaire, 19 avril 1791. Cf. supra note 16), Même si jour naux et pam phlets liés à l'uni vers du Père Duchesne sont sou vent réticents à l'idée de pas ser à une vio lence plus grave et si lourde de consé quences : « [?] je crains qu'on fasse du hachis avec les aris to crates, pp.48-49, 2009.

, Ser mon bou gre ment patrio tique du véri table Père Duchesne, à l'occa sion de la nouvelle Che va le rie des ânes pré parée par les Citoyens du Café Procope aux sacrés Infi dèles à la Patrie (cf, vol.39

. «-[?]-je-leur-fous and . Le-diable-m'enlève, de la poudre & des bou lets dans le cul, jus qu'à ce qu'ils en aient tout leur saoul [?] » (Le Père Duchesne nommé comman dant des troupes de ligne, que le roi envoye à Avignon [Le Père Duchesne de la rue du Vieux Colom bier, 4-5 décembre 1790, Cf. Ouzi ELYADA, pp.109-127

, Aris to crate, tu m'indignes, foutre, je vais faire de toi un torche-cul à ma femme si tu n'abjure la contre-révolution

I. V. Le-père-duchesne-de-la-place-henri and . De-l'abbé-robin,

, Je m'en f?, ou Pen sées de Jean Bart sur les affaires d'État

, Nous sommes bien dans le registre des realia, exhibé ici dans la fi gure même du cul, de tra dition esthé tique fort ancienne. Ainsi, Jean-François Courouau 70 , dans son superbe ouvrage sur les écri tures alter na tives des langues mino ri taires en France au début des temps modernes, pré cise, à pro pos des satires, que « la pré sence des objets du réel tri vial, des corps mon trés dans toute leur maté ria lité, le foi son ne ment du concret dont tous ces textes portent la trace osten ta toire, signalent la volonté de faire par ler le peuple, de lui faire dire, en dehors des fi ltres posés par la conven tion lit té raire fran çaise -mais à l'inté rieur des genres reconnus -quelque chose de sa propre réalité

, Un genre mineur, en l'occur rence le bur lesque et son cor tège de gro tesque, se trouve ainsi exhaussé, dans le fait même de la pro fu sion de l'inven ti vité ver bale, jus qu'à la pro duc tion d'un lien sociopolitique dans le mou ve ment vers la matière de la vie, le quo ti dien et le réel, le tri vial et le banal. Si le tra vail de la langue fran çaise n'est guère prédes tiné jus qu'alors au bur lesque, on peut se demander dans quelle mesure la Révo lu tion n'ouvre pas une brèche dans la toute puis sance d'un fran çais issu d'un effort inces sant de réduc tion ana ly tique, via les gram maires et les dic tion naires, La fi gure du cul se prête par ti cu liè re ment bien à cette façon de représen ter le réel du quo ti dien popu laire à tra vers les espoirs et les vicis si tudes du peuple en révo lu tion

G. Jacques, U. Ver, and . De-lyon, CNRS/ENS-LSH 15 Par vis Descartes 69342 Lyon CEDEX Jacques

B. Moun-lengatge, Les choix lin guis tiques mino ri taires en France (1490-1660), p.150, 2008.