Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Rafles et internement des étrangers : les nouvelles guerres de capture

Marc Bernardot 1
1 CIRTAI-IDEES - Centre interdisciplinaire de recherche en transports et affaires internationales
IDEES - Identités et Différenciation de l'Environnement des Espaces et des Sociétés
Résumé : La politique actuelle qui réprime les étrangers dits en situation irrégulière et plus largement les citoyens en pointillés des démocraties occidentales est-elle nouvelle ou bien constitue-t-elle une nouvelle forme de gestion des groupes altérisés ? Nous avons pu montrer dans plusieurs travaux récents que les discours, les dispositifs et les pratiques qui visent les étrangers illégalisés en Europe et plus particulièrement en France puisaient leurs références et leurs cadres cognitifs dans l'histoire institutionnelle du XX eme siècle. L'institution policière a en effet mis en place des sites d'internement pour mettre à l'écart des populations jugées indésirables depuis la Première Guerre mondiale. Ce maillage répressif s'est développé, spécialisé et perfectionné durant l'entre-deux-guerres puis durant la Seconde Guerre mondiale et ensuite à l'occasion des conflits politiques et post-coloniaux avant d'être adapté à la gestion des migrations en provenance du Sud. En cela on peut parler d'une continuité historique dans les procédés de contrôle des étrangers, des migrants et des déviants. Pourtant ces pratiques institutionnelles ont été caractérisées pendant l'essentiel du siècle passé par leurs formes latentes ou clandestines, à tout le moins non officielles. C'est une différence essentielle avec la politique qui se développe depuis une quarantaine d'années et qui permet de parler de hiatus historique. Car depuis la fin des décolonisations les pratiques policières répressives à l'égard des étrangers se sont progressivement institutionnalisées en entrant dans la loi et en devenant un aspect central et hégémonique de l'action et du discours de l'Etat. L'officialisation des techniques de chasse aux étrangers illégalisés et la pérennisation des centres de rétention et de déportation à l'échelle nationale et continentale constituent un changement de paradigme de l'action publique et se caractérise par un durcissement potentiellement sans limite et sa diffusion et sa légitimation dans l'ensemble de la société. L'enrôlement de différentes catégories professionnelles (santé, éducation, transports, travail, etc.) dans ce mouvement de répulsion à l'égard de groupes présentés comme en surnombre et construits en tant que menace intime, n'est pas l'aspect le moins inquiétant de cette mutation qui peut s'étendre à d'autres catégories sociales des classes populaires.
Document type :
Book sections
Complete list of metadata

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00481470
Contributor : Sabrina Mommolin <>
Submitted on : Thursday, May 6, 2010 - 4:46:31 PM
Last modification on : Monday, March 16, 2020 - 4:28:02 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00481470, version 1

Citation

Marc Bernardot. Rafles et internement des étrangers : les nouvelles guerres de capture. Olivier Le Cour Grandmaison. Douce France. Rafles, rétentions, expulsions, Seuil, pp.45-71, 2009. ⟨halshs-00481470⟩

Share

Metrics

Record views

180