L'espace à trois dimensions des phénomènes sociaux .

Résumé : La réflexion sur les échelles d'analyse en sciences sociales peut conduire à quatre positions différentes. La première position nie tout intérêt de raisonner en terme d'échelles, toutes les entités du monde social entant censées se situer sur un même plan (par exemple, Latour, 2006). La deuxième position consiste à privilégier un niveau déterminé de collecte des informations et à disqualifier les autres au nom d'une forme ou une autre de réalisme, comme par exemple celle qui n'accorde de réalité qu'aux entités agrégées (les « faits sociaux » qui expliquent d'autres « faits sociaux ») ou celle qui ne veut prendre en compte que des humains observables en situation. La troisième position reconnaît la pluralité des niveaux d'analyse, considère que la réalité perceptible dépend du niveau choisi, et que l'on ne peut passer d'un niveau à l'autre sans changer de cadre d'analyse. Dans cette troisième position, le relativisme méthodologique (Desjeux, 2004) peut se doubler d'une sorte de relativisme plus radical si l'on considère que les transitions entre niveaux sont impossibles. La quatrième position, que je défends dans ce texte, est la possibilité de construire des opérateurs permettant de circuler entre niveaux d'analyse différents.
Document type :
Other publications
Complete list of metadatas

Cited literature [13 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00477433
Contributor : Michel Grossetti <>
Submitted on : Thursday, April 29, 2010 - 10:37:52 AM
Last modification on : Wednesday, May 23, 2018 - 5:58:07 PM
Long-term archiving on : Tuesday, September 28, 2010 - 1:27:00 PM

Files

MG-alt5.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00477433, version 1

Collections

Citation

Michel Grossetti. L'espace à trois dimensions des phénomènes sociaux .. 2007. ⟨halshs-00477433⟩

Share

Metrics

Record views

323

Files downloads

617