Les langues comme enjeux identitaires

Résumé : Dans la Mauritanie pluriethnique et multiculturelle, les enjeux linguistiques sont d'autant plus importants que ce pays occupe une position charnière entre le monde maghrébin arabophone et le monde noir francophone. Majoritaires à l'échelle du pays dans son entier, les Maures arabophones le sont aussi dans la plupart des régions. Quelle que soit la couleur de leur peau, ils parlent le hassâniyya, alors que les Négro-africains — les Noirs de Mauritanie qui n'ont pas le hassâniyya comme langue maternelle —, se partagent en trois ethnies différentes qui toutes appartiennent à des ensembles plus vastes que les frontières ont découpés. J'étudie dans cet article la politique linguistique du pays depuis l'indépendance et j'analyse les rapports conflictuels entre communautés linguistiques découlant de la place accordée, respectivement, au français et à l'arabe, à la fois comme langues officielles et comme langues d'enseignement.
Type de document :
Article dans une revue
Politique africaine, Karthala, 1994, 55 (« La Mauritanie : un tournant démocratique ? », octobre 1994), pp.57-64
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00456318
Contributeur : Catherine Taine-Cheikh <>
Soumis le : samedi 13 février 2010 - 23:09:48
Dernière modification le : mercredi 12 octobre 2016 - 01:20:23
Document(s) archivé(s) le : jeudi 18 octobre 2012 - 15:06:09

Fichier

CTC_Polit_Afric.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00456318, version 1

Collections

Citation

Catherine Taine-Cheikh. Les langues comme enjeux identitaires. Politique africaine, Karthala, 1994, 55 (« La Mauritanie : un tournant démocratique ? », octobre 1994), pp.57-64. 〈halshs-00456318〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

589

Téléchargements de fichiers

545