Géographie de la sexualité ou sexualité du géographe ?
Remarques sur le sexe de l'enquêteur

Résumé : Cette communication vise à interroger les modalités d'un terrain en géographie des sexualités. La sexualité - au sens de Foucault de conjonction entre une orientation sexuelle, un choix d'objet et des rapports sexuels - est un élément structurant de l'espace des sociétés à commencer par la structuration de l'espace domestique et la constitution d'une notion d'intimité.
Or selon les disciplines, la prise en compte de la sexualité dans l'étude du terrain est extrêmement variable. Ainsi, elle est une dimension importante du travail de terrain des anthropologues. La sexualité de l'Autre dans la mesure où elle est mise à distance et apparaît comme lointaine peut être objet de description. L'implication du chercheur n'étant d'ailleurs pas toujours clairement explicité. A l'inverse, en Occident, la sexualité fait principalement l'objet d'enquêtes statistiques (ACSF, 1993), façon de mettre à distance à la fois cet objet et ce terrain potentiel. Car c'est souvent autre chose que la sexualité qui est étudié par les chercheurs en sciences sociales et a fortiori par les géographes. Il s'agit souvent bien davantage de mettre en évidence des pratiques sexuées de l'espace ou des formes d'exclusion ou de stigmatisation de minorités sexuelles. La sexualité n'est prise en compte que dans la mesure où elle délimite socialement des groupes.
A travers ce thème, c'est tout un implicite et un impensé du terrain qui est interrogé en creux, notamment la question des normes et de l'implication du chercheur. Cette question sera traitée à partir d'un état des lieux des différentes approches qui ont structuré les travaux francophones et anglophones dans ce domaine. Ainsi que de mon expérience de chercheuse hétérosexuelle travaillant sur la géographie des gays et des lesbiennes, en dehors de toute dimension érotique ou sexuelle, mais implicitement ramenée à cette dimension sexuelle via les questionnements des autres géographes. Au final, la sexualité apparaît donc comme un terrain particulier qui pose des problèmes spécifiques, mais au-delà elle reste un impensé de la géographie, impensé d'autant plus fort qu'il peut-être un élément de disqualification de la figure du chercheur.
Type de document :
Communication dans un congrès
À travers l'espace de la méthode : les dimensions du terrain en géographie, Jun 2008, Arras, France
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00422392
Contributeur : Anne Volvey <>
Soumis le : vendredi 23 octobre 2009 - 10:09:31
Dernière modification le : mercredi 12 octobre 2016 - 01:22:46
Document(s) archivé(s) le : mercredi 22 septembre 2010 - 13:41:36

Fichier

blidon-terrain_arras2.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00422392, version 2

Citation

Marianne Blidon. Géographie de la sexualité ou sexualité du géographe ?
Remarques sur le sexe de l'enquêteur. À travers l'espace de la méthode : les dimensions du terrain en géographie, Jun 2008, Arras, France. <halshs-00422392v2>

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

387

Téléchargements du document

1255