Les subjectivités cosmopolitiques et la question esthétique

Résumé : Les artistes contemporains qui contribuent à l'espace public, mettent-ils en œuvre une esthétique qui puisse fournir des pistes pour la composition d'un cosmos, d'un monde commun plus qu'humain, l'élaboration d'une cosmopolitique ? La perspective esthétique peut-elle faire contrepoids à l'hégémonie scientifique et technique dans le registre politique ? Comment les cosmopolitiques peuvent-elles intégrer une perspective esthétique ? Ces interrogations nous incitent à formuler des éléments théoriques pour la place de l'art dans l'espace public et une esthétique écologique. Nous utilisons la question esthétique comme une modalité riche de passage entre microcosmes et espace public, et les cosmopolitiques comme une manière de penser l'articulation des mondes et une politique. Quelles sont les règles, dès lors, qui permettent de penser cet espace public esthétique ?
Notre recherche, aux aspects théoriques aussi bien qu'empiriques, propose d'alimenter la réflexion sur les cosmopolitiques en partant des pratiques artistiques contemporaines dans l'espace public. Notre hypothèse est la suivante : nous pensons que, par fragments, les artistes composent des mondes et réalisent des jonctions entre mondes privés et monde commun. Nous pensons que les modalités du travail artistique fournissent des pistes, sur le plan du jugement esthétique, pour l'élaboration d'une cosmopolitique. C'est à l'intérieur de ce champ d'interrogation et conscients des difficultés mais aussi de l'importance de l'entreprise, que nous avons entrepris de réaliser, dans le cadre d'une réflexion sur la place des artistes et du jugement esthétique dans le registre du politique, des entretiens avec des artistes contemporains intervenant selon des modalités diverses dans l'espace public. Ce travail, dont nous rendons compte ici partiellement, se poursuit aujourd'hui avec des rencontres pour évaluer plus généralement la place de l'esthétique et de la créativité dans le champ de l'écologie.
Nous présenterons d'abord notre problématique générale qui associe cosmopolitique et esthétique (chapitre I), puis nous exposerons notre parcours de recherche. Nous explorerons dans un premier temps la diversité des liens (rationnels mais aussi sensibles et esthétiques) qu'entretiennent les sujets avec leurs mondes singuliers (chapitre II). Selon nous, cette part-monde des sujets si souvent amnésiée constitue pourtant la chair de notre vivre ensemble, la matière vivante de notre monde commun. Malheureusement la prise en compte du sujet et de sa part mondaine par les mécanismes politiques qui composent ce monde commun se heurte à deux obstacles : la clôture territoriale des mondes singuliers et leur éviction par le recours à l'intérêt général et l'expertise scientifique (chapitre III). La perspective esthétique fournit quelques pistes pour résoudre ce problème : proposer les mondes artistes comme modèle d'ouverture et de créativité pour enrichir les mondes singuliers (chapitre IV) introduire le jugement esthétique comme une autre manière d'envisager la composition d'un espace public plus ouvert aux singularités (chapitre V).
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Jacques Lolive et Olivier Soubeyran. L'émergence des cosmopolitiques, La découverte, pp.352-383, 2007
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00419405
Contributeur : Jacques Lolive <>
Soumis le : mercredi 23 septembre 2009 - 15:38:24
Dernière modification le : mercredi 4 juillet 2018 - 23:14:05

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00419405, version 1

Collections

Citation

Jacques Lolive, Nathalie Blanc. Les subjectivités cosmopolitiques et la question esthétique. Jacques Lolive et Olivier Soubeyran. L'émergence des cosmopolitiques, La découverte, pp.352-383, 2007. 〈halshs-00419405〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

319