Le terrain des géographes, entre tradition disciplinaire et légitimation du chercheur : Communication au colloque "Approche des terrains de recherche", Bordeaux, 28 mars 2006

Yann Calberac 1, *
* Auteur correspondant
Résumé : Comme tous les énoncés scientifiques, les savoirs géographiques posent la question de leur élaboration et de leur légitimité : comment les discours relatifs aux lieux et à l'espace sont-il formulés et comment s'imposent-ils auprès du public comme des savoirs géographiques à part entière ? La réponse à cette question est à chercher sur le terrain, c'est-à-dire durant la phase souvent empirique du travail de recherche, menée directement sur le lieu étudié.

C'est autour de cette instance du terrain que se structurent les pratiques, les discours et les représentations des géographes : l'autorité de ceux-ci se fonde alors sur la mobilisation de méthodes et de pratiques spécifiques au travail de terrain dont ils peuvent tirer des savoirs. Sans une parfaite connaissance du terrain d'étude, longuement parcouru, aucune légitimité n'est accordée au géographe. Faire du terrain consiste donc à déployer les moyens méthodologiques, scientifiques, techniques et sociaux afin d'aboutir à la connaissance intime du terrain et à la compréhension des processus à l'oeuvre. C'est la communauté scientifique dans son ensemble qui reconnaît la qualité et l'efficacité des moyens utilisés ainsi que la validité des savoirs accumulés. C'est donc le travail de terrain, et les conditions dans lesquelles il l'a mené, qui conditionne en grande partie l'autorité et la légitimité qu'un chercheur peut tirer de ses travaux. Une relation complexe et durable se noue alors entre le géographe et son terrain : les retours répétés du premier sur le deuxième n'ont d'autre but que d'accroître son sentiment d'appartenance et son appropriation intellectuelle et affective afin de renforcer encore davantage sa légitimité à formuler des discours sur son terrain. Le terrain se comporte donc comme une suite de capitaux (spatiaux, sociaux, scientifiques) qu'il faut accumuler et dont il faut tirer profit pour imposer les savoirs extraits.

Cette communication a donc pour ambition d'étudier les fonctions du terrain dans les processus de construction de l'autorité scientifique. Différents aspects seront évoqués, comme la fonction argumentative et rhétorique de l'évocation du terrain dans la restitution scientifique, le dialogue entre la théorie et l'empirie, le statut des méthodes mobilisées ou la transmission des pratiques et la formation au terrain. Cette communication s'appuiera sur le dépouillement de textes scientifiques de nature et d'époque variées ainsi que sur l'analyse d'entretiens semi-directifs menés auprès de géographe destinés à mettre en évidence la place qu'occupe le terrain dans leurs pratiques scientifiques.
Type de document :
Article dans une revue
Cahiers ADES, 2007, p. 19-25
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [24 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00359229
Contributeur : Yann Calberac <>
Soumis le : vendredi 6 février 2009 - 12:57:21
Dernière modification le : jeudi 1 novembre 2018 - 01:21:38
Document(s) archivé(s) le : mardi 8 juin 2010 - 21:59:07

Fichier

bordeaux_calberac.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00359229, version 1

Citation

Yann Calberac. Le terrain des géographes, entre tradition disciplinaire et légitimation du chercheur : Communication au colloque "Approche des terrains de recherche", Bordeaux, 28 mars 2006. Cahiers ADES, 2007, p. 19-25. 〈halshs-00359229〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

556

Téléchargements de fichiers

301