Changements anthroponymiques et sociogenèse de la noblesse en Franconie à la fin du Moyen Âge

Résumé : Considérant que les changements anthroponymiques renvoient fondamentalement à des changements sociaux, cet article entreprend d'articuler les transformations que l'on peut observer dans le système anthroponymique de la petite et moyenne aristocratie aux XIVe et XVe siècles en Franconie (Allemagne méridionale) et le processus de « sociogenèse de la noblesse » qui l'affecte au même moment. Sont d'abord présentés les changements qui affectent l'usage du surnom (ce que nous appelons le « nom de famille ») chez les hommes et chez les femmes, et qui manifestent à la fois une valorisation du mariage et un renforcement de l'identité de naissance (avec une nette inflexion patrilatérale), puis l'évolution des choix de noms de baptême (nos « prénoms »), qui se caractérise par l'ascension remarquable des noms de saints chevaliers (Georg, etc.) mais qui n'empêche pas que se mette en place, au sein de chaque « lignage », des noms spécifiques et apparemment réservés. Ces transformations anthroponymiques ont ainsi comme effet de valoriser à la fois l'intégration lignagère (« verticale ») et l'intégration collective (« horizontale »), cette dernière correspondant précisément au processus de « sociogenèse de la noblesse ». Alors que le développement d'un discours construit autour du « lignage » (‘Geschlecht') aurait dû télescoper le discours construit autour de la « noblesse » (‘Adel'), parce que les deux logiques à l'arrière-plan étaient contradictoires, les usages anthroponymiques permettent de percevoir combien l'aristocratie est parvenue à articuler les deux discours, ce qui a constitué une base essentielle de la puissance de celle-ci face aux princes territoriaux qui tentaient de l'enrégimenter. L'article est complété en annexe par l'examen en détail de la circulation des noms de baptême au sein de trois lignages (Hutten, Seinsheim, Thüngen), qui permet de repérer les stratégies à l'œuvre et conduit notamment à préciser le sens que peut avoir le caractère « lignager » : la circulation des noms est visiblement liée à la transmission des terres (et surtout des châteaux) et doit ainsi être considérée comme une forme de revendication du pouvoir seigneurial sur certains pôles. Ceci contribue à faire préférer la notion de « topolignée » (A. Guerreau-Jalabert) à celle, courante, de « lignage ».
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

Cited literature [1 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00289945
Contributor : Joseph Morsel <>
Submitted on : Tuesday, June 24, 2008 - 11:32:41 AM
Last modification on : Thursday, January 11, 2018 - 6:19:21 AM
Long-term archiving on : Friday, May 28, 2010 - 6:45:24 PM

File

Anthroponymie.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00289945, version 1

Collections

Citation

Joseph Morsel. Changements anthroponymiques et sociogenèse de la noblesse en Franconie à la fin du Moyen Âge. Changements anthroponymiques et sociogenèse de la noblesse en Franconie à la fin du Moyen Âge, 1993, Göttingen, Allemagne. pp.89-119. ⟨halshs-00289945⟩

Share

Metrics

Record views

239

Files downloads

1679