La simultanéité dans les signes processifs.

Résumé : Les signes de procès en LSF sont constitués par l'expression de paramètres articulatoires (configuration, emplacement et mouvement des mains, engagement du buste, mimique et regard) qui réalisent simultanément plusieurs unités morphologiques, lesquelles forment une structure syntaxique.
L'exercice consiste à décomposer les signes processifs d'un récit en LSF afin mettre en évidence les différents niveaux de lecture des signes : articulatoire, morphémique, syntaxique et sémantique. Les composantes morphémiques du signe dépendent des relations qu'entretiennent les différents paramètres physiques : le paramètre de la main en particulier ne prend sens qu'une fois établie sa relation avec le corps du signeur, ce dernier pouvant prendre plusieurs valeurs en fonction de la direction du regard.
On montrera ainsi qu'une structure processive peut constituer selon les cas une structure syntaxique simple ou complexe :
- soit d'un procès unique et des modalités énonciatives, (il galope encore et encore)
- soit de deux procès (changement de lieu et changement d'état) d'un même protagoniste (il a peur en tombant)
- soit de deux procès simultanés de deux protagonistes eux-mêmes en interrelation.(A regarde B qui s'éloigne).
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00276468
Contributor : Florence Thill <>
Submitted on : Tuesday, April 29, 2008 - 5:38:09 PM
Last modification on : Thursday, March 7, 2019 - 12:26:27 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00276468, version 1

Collections

Citation

Annie Risler. La simultanéité dans les signes processifs.. Glottopol, Université de Rouen, Laboratoire Dylis, 2006, 7 ("Les langues des signes (LS) : recherches sociolinguistiques et linguistiques"), pp. 53-71. Article en ligne : http://www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol/numero_7.html. ⟨halshs-00276468⟩

Share

Metrics

Record views

234