La reconnaissance des mots morphologiquement complexes chez les dyslexiques.

Résumé : La dyslexie se caractérise par des difficultés dans l'établissement de la reconnaissance automatique de mots écrits, à cause, pour la plupart des dyslexiques, d'une faiblesse dans le codage phonologique, qui se traduit par des réponses lentes ou erronées dans le décodage des mots. La question qui se pose alors est de savoir sur quel type d'informations s'appuie leur lecture. On suggère que les unités morphémiques, dans la mesure où elles constituent des unités orthographiques renvoyant à des unités non seulement de son, mais de également de signification, pourraient être préférentiellement ulisisées, à titre compensatoire, chez les dyslexiques. Cette hypothèse est discutée à la lumière de données anglo-saxonnes et danoises suggérant que les dyslexiques sont sensibles à la composition morphémique des mots. De nouvelles données, recueillies chez l'enfant francophone, sont présentées qui suggèrent que les dyslexiques traiteraient les unités morphémiques de façon privilégiée dans des situations de lecture à haute voix et de lecture silencieuse.
Type de document :
Article dans une revue
Rééducation orthophonique, Ortho édition, 2006, 44 (225), pp. 111-128
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00276425
Contributeur : Florence Thill <>
Soumis le : mardi 29 avril 2008 - 16:02:54
Dernière modification le : mardi 3 juillet 2018 - 11:47:37

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00276425, version 1

Collections

Citation

Emmanuelle Mathiot, S. Casalis, Pascale Colé. La reconnaissance des mots morphologiquement complexes chez les dyslexiques.. Rééducation orthophonique, Ortho édition, 2006, 44 (225), pp. 111-128. 〈halshs-00276425〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

400