Bacon et la chimie. A propos de la réception de la philosophie naturelle de Francis Bacon aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Résumé : Selon la majorité des historiens, la réception de la philosophie de Bacon signale l'échec de la tentative de restauration des sciences du Lord Chancelier. Bacon n'a pas été lu fidèlement, parce que la philosophie naturelle qu'il promeut ne correspond pas aux canons effectifs de la nouvelle science. Toutefois, ce constat est partiel : en jugeant Bacon à l'aune essentiellement de la physique mathématique, il ne tient pas compte de l'histoire de la chimie. L'analyse de la manière dont Boerhaave, chimiste hollandais du XVIIe siècle, lit Bacon, et offre une image de Bacon chimiste cohérente avec ce que fut le baconisme permet de soutenir l'hypothèse qu'il convient de chercher la participation effective de Bacon à la « Révolution Scientifique » du côté de la chimie, et non de la mécanique rationnelle.
Type de document :
Article dans une revue
Methodos : savoirs et textes, Savoirs textes langage - UMR 8163, 2005, 5 ("La subjectivité"), 〈10.4000/methodos.385〉
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00276191
Contributeur : Florence Thill <>
Soumis le : lundi 28 avril 2008 - 17:14:22
Dernière modification le : mardi 17 juillet 2018 - 15:49:11

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Luc Peterschmitt. Bacon et la chimie. A propos de la réception de la philosophie naturelle de Francis Bacon aux XVIIe et XVIIIe siècles.. Methodos : savoirs et textes, Savoirs textes langage - UMR 8163, 2005, 5 ("La subjectivité"), 〈10.4000/methodos.385〉. 〈halshs-00276191〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

212