Étude diachronique de la préposition dans : des emplois spatiaux-temporels aux emplois abstraits ?

Résumé : La préposition dans n'a donné lieu jusqu'ici à aucune étude diachronique approfondie ; c'est entre autres pour tenter de combler ce manque que nous proposons une étude sur corpus des prépositions dedenz et dans, de l'ancien français au français moderne. Notre but ici est double, à la fois descriptif et théorique. Dans un premier temps, nous proposons de décrire les différents usages et l'évolution sémantique de ces prépositions, afin de repérer en particulier l'émergence des emplois abstraits, que les dictionnaires datent du français classique (fin du 17ème siècle), et d'en déterminer les circonstances.
On a ainsi des sens purement spatiaux et temporels pour dedenz, en ancien français : le sens spatial principal de " but ", comme dans L'evesque l'a par la main prise, Si l'a dedenz le mostier mise " L'évêque l'a prise par la main, et l'a amenée dans l'église " (Béroul Tristan entre 1165 et 1200) ; le sens temporel principal de " date limite ", comme dans il lor dist que li rois Artus (...) seroit a Londres dedenz tiers jour " il leur dit que le roi Arthur venait à leur rencontre et qu'il serait à Londres avant trois jours " (La mort le roi Artu, 1230, p.216). En revanche, dès la généralisation de dans prépositionnel, en français classique, apparaissent des emplois métaphoriques ou 'abstraits' : Et ce que dans sa perte elle prend d'intérêt Ne sauroit sans désordre en attendre l'arrêt (Pierre Corneille, Suréna, général des Parthes, 1682, page 519, ACTE V, SCÈNE V). De plus, entre le français classique et le français moderne se développe un nouvel emploi que nous appellerons ici 'énonciatif', du type Dans sa robe sévère, elle semble prête pour quelque cérémonie morose , en partie décrits dans les travaux de Leeman 1999a, 1999b.
Une description détaillée de cette évolution sémantique devrait nous permettre, dans un second temps, d'apporter quelques éléments à la réflexion sur la validité ou non de l'hypothèse générale du localisme : dans quelle mesure peut-on affirmer que l'espace est " premier " dans le sémantisme, et que signifie cette " primauté " ? Nous proposons d'y voir une primauté essentiellement diachronique, qui ne se vérifie que partiellement en synchronie : ainsi, l'évolution sémantique de dans confirme le localisme " diachronique " mais ne prédit en rien pour l'analyse synchronie en français moderne ; nous montrerons ainsi qu'à ce stade de la langue le sens spatial ne doit pas nécessairement être pris comme prototype des sens de la préposition dans.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

Cited literature [12 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00198985
Contributor : Laure Sarda <>
Submitted on : Monday, January 30, 2012 - 11:45:44 AM
Last modification on : Monday, September 2, 2019 - 4:02:05 PM
Long-term archiving on : Tuesday, December 13, 2016 - 5:17:33 PM

File

2009_Fagard_Sarda_dans.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00198985, version 1

Collections

Citation

Benjamin Fagard, Laure Sarda. Étude diachronique de la préposition dans : des emplois spatiaux-temporels aux emplois abstraits ?. Autour de la préposition(position, valeurs, statut et catégories apparentées à travers les langues), Sep 2007, Caen, France. ⟨halshs-00198985⟩

Share

Metrics

Record views

617

Files downloads

487