. Sur-cette-figure, les noms desétatsdesétats (les cercles) peuventêtrepeuventêtre choisis arbitrairement , mais nous n'avons pas résistérésistéà la tentation de les nommer S, a ? , a et A, vu la ressemblance graphique avec le schéma L. Cette nomination est abusive, et nous en discuterons ci-dessous

. Dernier-alinea-de-la-page, Le hors-guillemets représentera le champ de l'Autre (A du schéma L) La répétition y domine, sous l'espèce du 1, trait unaire Ceci nous conforte d'avoir choisi d'appeler A l'´ etat du basàbasà droite de notre figure 10, puisqu'il s

A. Didier-weill-avait-fait-la-semaine-précédente, est ainsì a travers une fiction que j'avaisétéavaisété amenéamenéà mettre en scène le rapport du « je » de l'analysant, surnommé Bozzef, et du « il » qu'´ etait l'analyste supposé savoir, ` a travers la proposition de l'´ ecriture minimum d'une syntaxe o` u le « je » et le « il » s'articulaient selon une double parenthèse : « je sais (qu'il sait (que je sais (qu'il sait))) ». Quel ne fut monétonnementmonétonnement quand Lacan commentant la semaine suivante cette proposition d'une double parenthèse rendant compte de la syntaxe de l'´ ecriture du savoir absolu dans le réel, f??tf??t cette remarque : « ce savoir absolu j'y ai fait plus qu'allusion quelque part, j'y ai vraiment insisté avec mes gros sabotsàsabotsà savoir que tout l'appendice que j'ai ajoutéajoutéà monécritmonécrit sur la lettre volée, ` a savoir ce qui va de la page 52à52à la page 60 et que j'ai intitulé « parenthèse des parenthèses », c'est très précisément ce quelque chose qui l` a, se substituè a Bozzef ». Une chose nous frappe : dans « je sais (qu'il sait (que je sais (qu'il sait))) », il y a, non pas une double parenthèse, mais 3 niveaux de parenthèses imbriquées. Or, dans la « parenthèse des parenthèses », il est important qu'il n'y ait que 2 niveaux de parenthèses , puisqu'il s'agit des deux ? qui alternent avec les deux ?. Ces deux systèmes de parenthèses ne semblent donc pas se correspondre simplement, et pourtant Lacan nous dit : j'y ai vraiment insisté avec mes gros sabots. Comment pouvait-il les faire correspondre ? La progression de Bozzef dans le savoir correspondàcorrespondà la progression des imbrications de parenthèses dans « je sais (qu'il sait (que je sais (qu'il sait))) » et correspondà correspondà l, Weill aux crochets de la formule 9 dont la structure d'imbrication est : [] * [] * [] * [] * * [] * [] * [] *

J. Lacan, . Le-séminaire, and I. Livre, Le moi dans la théorie de Freud et dans la technique de la psychanalyse, pp.225-240, 1954.

J. Lacan, . Réponse-de-lacanàlacanà-alain-didier-weill, X. Séminaire, and L. , insu que sait de l'une-bévue s'ailè a mourre, séance du 15 février, 1977.

J. Lacan, . Et-intervention-de-alain-didier-weill, X. Séminaire, and L. , insu que sait de l'une-bévue s'ailè a mourre

L. Marvin and . Minsky, Computation : Finite and Infinite Machines, 1967.

A. Didier, Le symboliquement réel n'est pas le réellement symbolique, 2007.