Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Le secteur privé égyptien et l'action publique : associations d'hommes d'affaires et démocratisation dans l'Égypte de l'infitah

Résumé : L'affirmation et la croissance du secteur privé en Egypte avec l'ouverture (infitah) de l'économie égyptienne en 1974 soulèvent la question des modalités de son organisation et de sa représentation auprès de l'Etat. Dès la fin des années 1970, les hommes d'affaires égyptiens les plus importants ont commencé à s'organiser en se regroupant dans des associations. Lors de la décennie 1980, cette propension à constituer des groupements s'est accentuée et les organisations visant à représenter les intérêts des chefs d'entreprises se sont multipliées. Aussi, le développement du secteur associatif patronal nous conduit-il à nous interroger sur la capacité du secteur privé égyptien à peser dans un rapport de forces avec la bureaucratie étatique.
En fait, on peut prétendre d'emblée que la crise de l'Etat distributeur ou redistributeur, qui a conduit les autorités égyptiennes à reconnaître une nouvelle légitimité au secteur privé, n'a pas permis l'émergence d'un groupe social capable d'avoir une action politique représentant et servant les « intérêts » du groupe dans un espace public, qui lui-même serait le symptôme de l'autonomie politique de la bourgeoisie égyptienne vis-à-vis de l'Etat.
Comme le rappelle Jean Leca, « l'idée qu'une structure de classe abstraite, du seul fait de son existence dans la société politique, pourrait déstabiliser des régimes autoritaires, est liée au paradigme d'une société bourgeoise où les relations économiques et sociales sont médiatisées par la citoyenneté et représentées par des relations politiques » .
De manière plus générale, c'est l'échec du « modèle stalino-rostovien de développement », pour reprendre l'expression de Michel Chatelus, qui a poussé les régimes arabes à se rallier de manière plus ou moins sélective à certains tenants du libéralisme économique. L'Egypte n'a pas échappé à cette pente.
Cependant, les gouvernants n'ont pas tenté de promouvoir des réformes de structures substantielles au travers d'une ouverture démocratique réelle. Ils ont, au contraire, développé des stratégies de survie qui sont destinées à répondre au niveau le plus bas possible, aux pressions de changements économiques et politiques, tout en maintenant l'hégémonie des élites gouvernantes . Aussi le marché et le secteur privé ont-ils uniquement un caractère instrumental, leur réémergence n'étant pas accompagnée par le développement de l'Etat de droit.
C'est, bien évidemment, dans ce cadre qu'il convient d'aborder la question de la signification du développement des associations d'hommes d'affaires. La signification de l'existence des associations d'hommes d'affaires.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00139538
Contributor : Eric Gobe Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Sunday, April 1, 2007 - 11:22:07 PM
Last modification on : Tuesday, March 30, 2021 - 3:21:39 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, April 7, 2010 - 1:49:16 AM

File

Gobe_le_secteur_prive_egyptien...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00139538, version 1

Collections

Citation

Eric Gobe. Le secteur privé égyptien et l'action publique : associations d'hommes d'affaires et démocratisation dans l'Égypte de l'infitah. Cahiers d'études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, Centre d'études et de recherches internationales, 1999, p. 213-225. ⟨halshs-00139538⟩

Share

Metrics

Record views

362

Files downloads

694