Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Autre publication

Cénac-et-Saint-Julien. Grotte XIV.

Résumé : Les travaux que nous avons effectués cette année ont porté sur les niveaux inférieurs 12 et 14 de la zone centrale de la cavité ainsi que sur les niveaux « F et H » de la zone est et leur équivalent bréchifié « Brèches II et IV » de la zone Nord. Les niveaux inférieurs ont encore livré de très nombreux restes d'Ours qui, outre leur petite taille, présentent encore les différents caractères primitifs déjà évoqués les années précédentes. Ainsi, par exemple, les portions pétreuses de temporal possèdent une morphologie particulière, quelque peu différente de celle des rochers des Ours de Deninger de Nauterie à la Romieu (Gers) : l'entoconide des M1 inférieures, rarement tricuspide, est le plus souvent presque monocuspide avec un petit denticule vers l'avant. Enfin, les M3 inférieures sont très peu réniformes. La faune identifiée dans les niveaux supérieurs – que nous avons principalement exploités cette année – nous oblige à vieillir la datation que nous proposions jusqu'à présent. En effet, ces niveaux nous livrent notamment de plus en plus de restes d'un petit Canidé très proche de Canis etruscus (mosbachensis) (nous ne rentrerons pas ici dans le débat Canis mosbachensis – Canis etruscus) et beaucoup plus petit que le Loup mindel/rissien. De plus le reste de la faune (Panthère, petit Lynx, Meles meles atavus, ...) présente un net cachet ancien qui, compte tenu de l'écologie des formes représentées (Cerf, Chevreuil, Dicerorhinae, ...) indique les stades 13 ou 15 de la courbe isotopique. Nous rappellerons pour mémoire qu'il s'agit des niveaux qui ont livré des traces d'activités anthropiques (éclats de silex, débris de jaspe, traces de découpe sur un métacarpe de Chevreuil) ce qui apporte quelques témoignages de la présence humaine ancienne dans cette région. La présence du Thar nous indique que ces niveaux sont antérieurs au stade 6 (ce taxon est remplacé en Dordogne par la Bouquetin à partir du début de ce stade), ce qui vient d'être confirmé par la datation U/Th de deux échantillons du plancher stalagmitique qui scelle les niveaux supérieurs de la grotte (Y. Quinif, Mons) : Haut : XIV-95 (2) : 99500 +8800 / -8100 ans (230Th/232Th faible) ; Bas : XIV-95 (3) : 124500 +7600 / -7100 ans. Les études géologiques sont en cours (J.-P. Texier) mais d'ores et déjà on peut noter que trois processus dynamiques ont agi dans cette grotte : Fluviatile (ensemble inférieur = c.21 à 6), niveau de base proche de la grotte ! Debris-flow (ensemble moyen = Br.IV à I et c.H, G, F) ; Ruissellement (ensemble supérieur = plancher stalagmitique). Les études palynologiques (D. Vivent) seront orientées vers les niveaux supérieurs car il s'avère que les niveaux inférieurs sont trop pauvres en pollens pour être étudiés.
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00138011
Contributeur : Jean-Luc Guadelli <>
Soumis le : vendredi 23 mars 2007 - 02:11:26
Dernière modification le : lundi 13 janvier 2020 - 22:26:02

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00138011, version 1

Collections

Citation

Jean-Luc Guadelli. Cénac-et-Saint-Julien. Grotte XIV.. 1996, pp.23. ⟨halshs-00138011⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

165