Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation

Les restes néandertaliens du repaire d'hyènes de la grotte de Rochelot (Saint-Amant-de-Bonnieure, Charente, France).

Résumé : Un étroit diverticule de la grotte de Rochelot contenant une accumulation osseuse de mammifères datés d'une période tempérée antérieure au pléniglaciaire würmien ancien (fin stade isotopique 5) a livré des restes humains. La composition de l'ensemble osseux et son approche taphonomique démontrent que les hyènes sont les principaux facteurs de l'accumulation.
Les restes humains découverts dans le dépôt de base se rapportent à l'Homme de Néandertal. Parmi ces restes, six dents isolées pourraient appartenir à un même individu. L'hypothèse d'une intrusion de ces restes par les hyènes est la plus plausible, un fragment d'humérus rongé étayant cette conclusion.
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00134410
Contributeur : Jean-Luc Guadelli <>
Soumis le : jeudi 1 mars 2007 - 22:59:03
Dernière modification le : lundi 13 janvier 2020 - 22:26:02

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00134410, version 1

Collections

Citation

Jean-François Tournepiche, Christine Couture, Jean-Luc Guadelli, Patrick Michel. Les restes néandertaliens du repaire d'hyènes de la grotte de Rochelot (Saint-Amant-de-Bonnieure, Charente, France).. Comptes rendus de l’Académie des sciences. Série IIa, Sciences de la terre et des planètes, Elsevier, 1996, 322, 429-435, 2 fig., 1 photo. ⟨halshs-00134410⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

352