Skip to Main content Skip to Navigation
Books

La politique culturelle. : Genèse d'une catégorie d'intervention publique

Résumé : Cet ouvrage propose une analyse socio-historique des rapports entre les champs culturel et politico-bureaucratique, qui tend à mettre au jour les conditions d'émergence, de mise en forme et d'institutionnalisation d'une politique d'État en matière culturelle, de la fin du XIXe à la fin du XXe siècle. Le point de départ de cette recherche consiste à considérer ce qu'on appelle aujourd'hui « politique culturelle » non pas comme une fonction transhistorique qui ferait de la culture une mission naturelle de l'État, ni comme le résultat d'une évolution nécessaire qui ferait de la proclamation du « droit à la culture » le parachèvement d'un processus de démocratisation engagé à la fin du XVIIIe siècle et poursuivi après la seconde guerre avec la reconnaissance des droits sociaux, ni encore comme une conquête des artistes dont le financement public satisferait les revendications, mais plutôt comme le produit de l'histoire des rapports de force qui ont entre autres pour enjeux celui de la définition légitime de la culture (et avec lui celui de la légitimité à définir la culture), et celui de la définition des fonctions légitimes de l'État. À partir d'une recherche documentaire et archivistique, l'analyse montre ainsi que la configuration des rapports entre les champs de la production culturelle et l'État cristallisée à la fin du XIXe siècle entrave durablement la formation et la légitimation d'une politique artistique d'État. L'affirmation de l'autonomie de ces champs et la prétention corrélative des artistes et des intellectuels à intervenir politiquement, à parler au nom du peuple, à représenter l'universel, concurremment aux agents du champ politique institutionnel, conduisent en effet à construire les problèmes culturels contre l'État et à délégitimer par avance toute politique d'État institutionnalisée dans ce domaine. C'est ce que permet de montrer l'analyse des débats sur « l'Art et l'État » et « l'Art et le Peuple » dans les années 1890-1910, et celle des dispositifs étatiques au cours de cette même période. Il faut attendre un tout autre rapport de forces pour que se constitue la « politique culturelle » de l'État en France. Lorsque c'est le cas, au début des années 1960, l'État dispose en effet de ressources de tous ordres incomparablement plus importantes, alors que dans le même temps la consolidation des champs de production culturelle a permis à la défense de leur autonomie de ne plus emprunter la seule voie de l'opposition frontale à l'État, et que l'élargissement de l'espace des producteurs a aussi rendu nécessaire la recherche de nouvelles ressources et de nouveaux débouchés, qu'une politique culturelle d'État pouvait précisément offrir. Les luttes pour la définition de la culture et pour l'autorité à parler de culture n'ont pas pour autant disparu : elles ont seulement changé de sens. C'est ce que révèle l'enquête par voie d'entretiens, d'analyse documentaire et dépouillement d'archives. Il ne s'agit plus alors, pour des artistes et des intellectuels, de se poser en s'opposant à l'État, mais cette fois de définir une politique d'État. Ce basculement est analysé en référence à la thèse du « grand retournement » formulée par Karl Polanyi, pour expliquer comment les problèmes culturels, initialement construits contre l'État, deviennent des problèmes d'État. Et c'est précisément du fait de ce retournement, qui conduit à toujours reposer dans les luttes sans cesse renouvelées entre producteurs culturels et représentants de l'État la question de la définition de la culture, que la catégorisation étatique de la culture fait problème, ce que révèle l'observation ultérieure de la politique culturelle gouvernementale dans les années 1980. Ce travail apporte ainsi une contribution à l'histoire et la sociologie du champ culturel, de même qu'à celle de l'État et de son intervention. En analysant les conditions et les limites d'une définition étatique de la culture, il contribue aussi à rendre compte des mécanismes au principe de l'exercice de la violence symbolique de l'État. La notion de catégorie d'intervention publique forgée à l'occasion de ce travail s'inscrit dans l'élaboration d'un cadre d'analyse plus vaste visant à rendre compte des processus socio-historiques d'institutionnalisation des groupes, des structures relationnelles, des représentations et des cadres normatifs constitutifs de ce qu'on appelle une politique.
Complete list of metadata

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00131825
Contributor : Vincent Dubois Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, February 19, 2007 - 3:07:36 PM
Last modification on : Thursday, March 26, 2020 - 2:20:26 AM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00131825, version 1

Collections

Citation

Vincent Dubois. La politique culturelle. : Genèse d'une catégorie d'intervention publique. Belin, 381 p., 1999, Socio-Histoire. ⟨halshs-00131825⟩

Share

Metrics

Record views

4212