"Pareil" anaphorique : une reprise à forte charge appréciative.

Résumé : Ce travail porte sur le fonctionnement anaphorique de pareil adnominal dans des phrases du type : Je ne m'attendais pas à un scandale pareil. Le but est de préciser la nature de l'identité assertée par l'adjectif. Les faits étudiés montrent que l'anaphore réalisée par pareil n'est jamais coréférentielle et qu'elle renvoie à un type construit discursivement à partir du référent de l'antécédent. Il en ressort aussi que pareil comporte une forte charge appréciative, ce renvoi intensionnel impliquant toujours le point de vue du sujet pensant face à un référent doté à ses yeux de caractéristiques remarquables. En ce qui concerne l'impact sémantique du placement de l'adjectif dans le SN, l'analyse proposée montre que un pareil N focalise la catégorisation de l'antécédent – d'où une mise en relief du contenu prédicatif du N et la possibilité d'omettre l'article devant pareil antéposé, tandis que un N pareil focalise avant tout les caractéristiques particulières attachées au référent de l'antécédent.
Type de document :
Article dans une revue
Travaux de Linguistique : Revue Internationale de Linguistique Française, De Boeck Université, 2006, 53 (2006/2), p. 91-116. 〈10.3917/tl.053.0091〉
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00129462
Contributeur : Florence Thill <>
Soumis le : mercredi 7 février 2007 - 15:25:28
Dernière modification le : mardi 3 juillet 2018 - 11:21:20

Identifiants

Collections

Citation

Céline Corteel. "Pareil" anaphorique : une reprise à forte charge appréciative.. Travaux de Linguistique : Revue Internationale de Linguistique Française, De Boeck Université, 2006, 53 (2006/2), p. 91-116. 〈10.3917/tl.053.0091〉. 〈halshs-00129462〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

157