Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Alphonse X maudit son fils

Résumé : Au cours de l'été 1275 mourut l'héritier présomptif d'Alphonse X, son fils aîné Ferdinand (dit) de la Cerda. La tradition successorale castillo-léonaise voulait que le trône revînt au second des fils du roi, Sanche. La loi nouvelle fixée par le roi de Castille et ses juristes dans les Sept parties, peut-être aussi les termes d'un pacte scellé en 1266 lors de la préparation du mariage de Ferdinand de la Cerda avec Blanche de France, fille de Louis IX, désignaient comme héritier le fils aîné du fils défunt d'Alphonse X, Alphonse de la Cerda. Le roi de Castille céda-t-il à la détermination de son second fils ou bien pencha-t-il, craignant de renforcer le camp, déjà puissant, de l'opposition à la rénovation juridique qu'il avait entreprise, pour un respect réaliste de la tradition ? Après un silence de presque trois ans, indicatif sans doute des hésitations d'Alphonse, la documentation atteste qu'à partir du printemps 1278 l'on tint Sanche pour « fils aîné et héritier". Peut-être même les juristes alphonsins modifièrent-ils dans ce sens la loi des Parties. Sanche, quoi qu'il en soit, fut reconnu héritier par les cortes réunies à Ségovie au cours de l'été 1278. Les droits d'Alphonse de la Cerda, et l'apanage de Ferdinand, son frère cadet, avaient néanmoins leurs défenseurs : la reine Yolande, femme d'Alphonse X, qui, peu après les cortes de Ségovie, s'enfuyait en Aragon avec ses petits-fils, obtenant la protection de son frère Pierre III; Jean Nuñez, chef de la puissante maison de Lara, à qui, en mourant, Ferdinand de la Cerda avait confié le sort de ses fils, et surtout Philippe III le Hardi, oncle des « infants ». En décembre 1280, Alphonse X proposa au roi de France de dédommager son neveu en créant pour lui un royaume de Jaén subordonné à celui de Castille; en octobre 1281, à l'occasion d'une réunion des cortes à Séville, ce point fut débattu dans l'entourage royal. Cela suffit à provoquer la convergence si redoutée des intérêts de Sanche et de ceux des défenseurs du droit traditionnel. En avril 1282, à Valladolid, l'infant, entouré de ses frères et de ses parents, soutenu par la plupart des grands lignages, des prélats et des villes, appuyé par les rois de Portugal et d'Aragon, fut confirmé héritier et obtint que lui fussent transférées toutes les prérogatives royales. Le 8 octobre de la même année, il était solennellement déshérité et maudit par son père. Le 8 novembre, Alphonse X dictait un testament dans lequel il confirmait l'exhérédation de Sanche, renouvelait sa malédiction, assortissait l'ensemble d'une diffamation et léguait le royaume à Alphonse de la Cerda.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

Cited literature [8 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00119900
Contributor : Georges Martin <>
Submitted on : Tuesday, December 12, 2006 - 5:02:36 PM
Last modification on : Tuesday, March 2, 2021 - 10:20:58 AM
Long-term archiving on: : Tuesday, April 6, 2010 - 8:53:33 PM

File

alphonseX_maudit.pdf
Explicit agreement for this submission

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00119900, version 1

Citation

Georges Martin. Alphonse X maudit son fils. Atalaya - Revue d'études médiévales romanes, ENS Éditions, 1994, pp.153-178. ⟨halshs-00119900⟩

Share

Metrics

Record views

603

Files downloads

928