L'Isle d'Abeau ou la ville nouvelle malgré tout : Quelques réflexions sur le traumatisme territorial en politique

Résumé : Un récent rapport d'étude sur l'inscription de la Ville Nouvelle de l'Isle-d'Abeau dans la dynamique métropolitaine lyonnaise soulignait que “la Ville Nouvelle, comme toutes ses consœurs, s'est construite sur une stratégie de rupture qui a défié l'urbanité et le politique. Comment, dans ces conditions, se l'approprie-t-on aujourd'hui ? Comment s'intègre-t-elle dans un système d'acteurs, à l'articulation d'une zone d'influence lyonnaise et des confins du Nord-Isère ” . Ces questions n'ont rien perdu de leur actualité.
Nous avons choisi d'y répondre en analysant comment les élus des communes de ce territoire ont vécu la rupture mais aussi comment ils ont vécu avec cette rupture. Une telle approche permet d'aborder la question de la construction politique du territoire de la Ville Nouvelle de l'Isle-d'Abeau, ou plus exactement de s'attaquer à l'ensemble des raisons qui font qu'on estime généralement (mais est-ce si pertinent ?), qu'il n'y a pas de construction politique de ce territoire. Par construction politique, entendons le système des acteurs (individus et institutions), de leurs relations, et de leurs règles, par lequel s'expriment les inévitables divergences et conflits d'intérêts et, surtout, les conditions de leur dépassement et de leur résolution. En somme, la construction politique d'un territoire est ce qui lui permet de balancer en permanence du conflit au consensus, parce que le territoire est la scène organisée de sa propre opinion. Or, concernant la Ville Nouvelle de l'Isle-d'Abeau, la grande majorité des observateurs regrette l'absence d'une opinion territoriale et du consensus qui en résulterait pour résoudre les inévitables conflits de la gestion publique. Là est le problème, mais d'où vient-il ?
On pourrait avoir de la construction politique d'un territoire une lecture simplement dédiée à l'unification du pouvoir : serait politiquement construit, tout territoire s'étant doté d'une instance de pouvoir qui le représenterait comme une entité, une sinon indivisible. La commune, le département, la région, la nation, sont en ce sens d'incontestables constructions politiques. Les intercommunalités, l'Union européenne s'approchent de cet état, avec encore quelques défauts de représentation que l'on connaît. Cette vision “ constitutionnaliste ” du politique est contenue dans notre propos, mais elle n'y suffit pas. Se limiter à retracer la formation “ administrative ” de la Ville Nouvelle de l'Isle-d'Abeau, avec ses entrants et ses sortants, ses variations de périmètre, ses tentatives récentes d'englober le sujet “ ville nouvelle ” dans des intentions territoriales plus vastes, ses solutions fiscales, ce serait risquer de se complaire dans un nouvel exercice de lamentation sur l'incapacité des politiques locaux, ceux de la Ville Nouvelle de l'Isle-d'Abeau comme ceux des alentours, à faire leur ce territoire d'un genre nouveau. Un des aboutissements les plus fréquents, et les plus convenus, de cet exercice de lamentation, est qu'il aura manqué à la Ville Nouvelle de l'Isle-d'Abeau un homme politique providentiel, un rassembleur, une figure d'autorité, un élu d'envergure qui aurait voulu construire sa trajectoire politique à partir de ce territoire, et l'aurait, par là même, construit en même temps que son succès. Conception de la démocratie territoriale que nous ne partageons pas, pas plus pour ce territoire que pour d'autres.
Le jeu patient des recompositions institutionnelles est certes à suivre avec attention et à interpréter sans négligence, dans un premier temps, mais pas plus qu'un syndicat n'aura fait le bonheur de la Ville Nouvelle, une Communauté d'Agglomération (puisque c'est de cela dont il s'agit aujourd'hui) n'est en soi l'horizon suffisant de la construction politique.
Mots-clés : commune ville nouvelle
Type de document :
Autre publication
Rapport, 25 p. [annexes : 12p.]. 2005
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00113308
Contributeur : Alain Faure <>
Soumis le : lundi 13 novembre 2006 - 17:22:47
Dernière modification le : mardi 13 mars 2018 - 16:40:02
Document(s) archivé(s) le : jeudi 20 septembre 2012 - 14:41:36

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00113308, version 1

Collections

Citation

Alain Faure, Anne-Cécile Douillet, Martin Vanier. L'Isle d'Abeau ou la ville nouvelle malgré tout : Quelques réflexions sur le traumatisme territorial en politique. Rapport, 25 p. [annexes : 12p.]. 2005. 〈halshs-00113308〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

375

Téléchargements de fichiers

842