Diffractions politiques du marché (Côte-d'Ivoire, Vietnam)

Résumé : Cet article traite des rapports entre marché et politique, à partir des cas de la Côte-d'Ivoire et du Vietnam. Il s'inscrit contre une autonomisation de la sphère économique. Les auteurs s'efforcent de reconstruire dans l'histoire et au présent les articulations essentielles qui explicitent d'un côté la dégradation de la situation ivoirienne et de l'autre la spécificité des alliances du communisme et du capitalisme au Vietnam. L'un des axes de comparaison entre la Côte-d'Ivoire et le Vietnam est comment, en période de globalisation du marché, la production de l'étranger intervient comme élément symbolique majeur de la légitimation des systèmes politique et économique. L'Etat communiste vietnamien, tirant sa légitimité de la guerre de libération, a érigé tout étranger en ennemi, tandis que l'Etat ivoirien se situe au contraire dans la plus grande continuité avec la domination coloniale, qu'il n'a pas renversée mais produite comme instrument de sa légitimation. Il a ainsi maintenu la rupture hiérarchique entre Européens et Africains, intégrant ces derniers (ivoiriens ou ressortissant des Etats voisins) dans un dispositif économique et politique dans lequel la proximité avec l'ancienne tutelle coloniale figurait comme clé de voûte, à la fois projet collectif et justification de la position des catégories sociales dominantes. La conversion au marché de l'Etat communiste vietnamien (sur le modèle chinois) maintient l'étranger comme ennemi, avec lequel la confrontation se joue désormais dans la compétition marchande, tandis que l'Etat cherche à culturaliser et à patrimonialiser son assise. En Côte-d'Ivoire, la fin des politiques de développement et l'intégration au marché mondial par le biais des ajustements structurels ont transformé les modalités de production de l'étranger, venant d'un côté réactiver la supériorité conférée au monde occidental et, d'un autre côté, faisant de l'autre « proche » (sur les catégories d'appartenances nationale, régionale et/ou ethnique) un intrus menaçant, dont la figure hante significativement la scène politique, notamment à travers l'ancien premier ministre, accusé d'être burkinabè et empêché de se présenter aux élections.
Type de document :
Article dans une revue
Journal des anthropologues, Association française des anthropologues, 2001, pp.109-137


https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00113246
Contributeur : Laurent Bazin <>
Soumis le : samedi 11 novembre 2006 - 23:01:40
Dernière modification le : lundi 13 novembre 2006 - 11:47:45
Document(s) archivé(s) le : jeudi 20 septembre 2012 - 14:40:29

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00113246, version 1
  • IRD : PAR00002998

Collections

IRD

Citation

Laurent Bazin, Monique Selim. Diffractions politiques du marché (Côte-d'Ivoire, Vietnam). Journal des anthropologues, Association française des anthropologues, 2001, pp.109-137. <halshs-00113246>

Exporter

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

235

Téléchargements du document

56