Considérations sur l'apparition de l'étrier : contribution à l'histoire du cheval dans l'Antiquité tardive

Résumé : Après avoir passé en revue les différents travaux concernant la découverte de l'étrier, l'article étudie son apparition à Byzance. Il cherche à déterminer si la première mention qui en a été faite dans le Stratègikon de Pseudo-Maurice, constitue un quelconque terminus.
Il commence alors par une analyse du terme skala utilisé dans le Stratègikon pour désigner l'étrier. Ce terme est également employé dans certaines chroniques et dans quelques grands lexiques généraux byzantins. Il est, selon plusieurs sources byzantines, l'équivalent latin du grec anaboleus. Désignant dans la littérature grecque classique l'écuyer qui aide à monter à cheval, ce dernier terme est employé par les Byzantins, au même titre que skala, pour définir l'étrier.
Plusieurs faits dans le Stratègikon incitent l'article à penser que l'étrier était connu et qu'il ne s'agissait pas d'un outil nouveau au moment de la composition de cette oeuvre (extrême fin VIe-début VIIe s.). Tout d'abord, le choix du terme latin au détriment de son équivalent grec à une époque où le déclin dans la pénétration du grec par le latin avait déjà commencé ou encore le ton dans le Stratègikon qui ne trahit aucune nouveauté. D'ailleurs, il pense avoir décelé chez Hésychios d'Alexandrie (Ve ou VIe s.) une allusion indirecte à l'étrier.
Il avance alors que l'étrier du Stratègikon ne doit pas être confondu avec l'étrier avar, comme on le pensait jusqu'à présent. Il s'appuie également sur le fait que l'article du Stratègikon ne mentionne nulle part une telle origine, même pas lorsqu'il recommande de perfectionner, en suivant l'exemple des Avars, certaines parties de l'équipement. Il estime que les Byzantins, avant de rentrer en contact avec les Avars, avaient déjà à leur disposition soit un véritable étrier, soit un proto-étrier (ou étrier de monte).
Dans une dernière partie, après avoir proposé un aperçu des différents peuples ayant utilisé ce dernier type d'étrier, l'article s'attache à trois pièces byzantines découvertes à Caricin Grad et au fort de Karasura près de Dyadovo (incendié peu après le règne de Justinien) qui pourraient être des outils intermédiaires entre le proto-étrier et le véritable étrier. Il conclut que les tentatives de mise au point, d'abord d'un simple montoir, puis d'un support de pied, et enfin d'un véritable étrier, doivent être mises en relation avec la valorisation du cheval au sein de l'armée suite aux réformes entreprises autour du IVe s.
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00111162
Contributor : Sabine Zinck <>
Submitted on : Friday, November 3, 2006 - 4:10:56 PM
Last modification on : Wednesday, March 14, 2018 - 4:49:31 PM
Long-term archiving on: Thursday, September 20, 2012 - 2:21:15 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00111162, version 1

Collections

Citation

Stavros Lazaris. Considérations sur l'apparition de l'étrier : contribution à l'histoire du cheval dans l'Antiquité tardive. Les Equidés dans le monde méditerranéen antique - Actes du colloque organisé par l'Ecole française d'Athènes, le Centre Camille Jullian et l'UMR 5140 du CNRS., Nov 2003, Lattes, France. pp.275-288. ⟨halshs-00111162⟩

Share

Metrics

Record views

710

Files downloads

591