. Dans, interprétations de caractères chinois proposées par plusieurs sinisants contemporains. Mon but n'est pas de porter l'anathème, mais de montrer que l'étude des caractères chinois ne peut se concevoir en dehors de la prononciation de la langue parlée au moment ou les caractères ont été créés. Toutes les écritures du monde servent à noter les paroles des hommes : elles ne notent leur pensée qu'en tant qu'elle s'exprime à travers la parole, Les chinois, gens normaux, ne font pas exception à la règle

B. William and H. Iii, A Handbook of Old Chinese phonology, Linguistics Studies and Monographs, 1992.

B. William, H. Iii, and . Laurent, Word formation in Old Chinese New Approaches to Chinese Word Formation: Morphology, phonology and the lexicon in modern and ancient Chinese, pp.35-76, 1998.

B. Joël, Les idéogrammes chinois ou l'empire du sens, 1995.

B. William and G. , The origin and early development of the Chinese writing system, American Oriental Series, vol.78, 1994.

C. Fa-kao, Zhongguo Gudai Yufa, Gouci bian, 1962.

H. Monique, C'est du chinois. 2 vols, 2000.

K. Bernhard, Analytic dictionary of Chinese and Sino-Japanese, 1923.

K. Bernhard, Word Families in Chinese, Bulletin of the Museum of Far Eastern Antiquities, vol.5, pp.1-112, 1934.

S. Laurent, The Roots of Old Chinese. Amsterdam: John Benjamins (Current Issues in Linguistic Theory, 1999.

. Vandermeersch-léon, Etudes sinologiques, 1994.

W. Li, Tongyuan Zidian [Dictionnaire des familles de mots], 1982.

Y. Shun-chiu, La surdité du dragon et le tannage de la révolution, pp.123-125, 1995.

Y. Shun-chiu, Ecritures archaïques : systèmes et déchiffrement, 1995.