La rue parisienne comme espace musical réglementé (XVIIe-XXe siècles)

Résumé : Sous l'Ancien Régime, l'activité musicale dans les rues de Paris est le fait soit des membres de la Confrérie des ménétriers, soit le fait des chanteurs qui ont le statut de « vendeurs de chansons ». Entre ces deux métiers fermement contrôlés, la ville n'offre qu'un espace illicite aux musiciens non professionnels et donc mendiants. Au XIXe siècle, la préfecture de Police promulgue des ordonnances faisant obligation au musicien de rue d'obtenir une permission appropriée à sa spécialisation et de porter une médaille de métier. Le XXe siècle restreint encore les possibilités d'utilisation de la rue tandis qu'aujourd'hui le métro réglemente la pratique musicale selon des normes qui sont inspirées par celles de la rue. Archives policières et administratives, chroniques littéraires et images permettent d'établir le cadre juridique de ces pratiques mais aussi son contournement. La définition d'un espace intellectuel de liberté ou de censure accompagne ce paysage urbain et réglementaire.
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00009585
Contributeur : Florence Gétreau <>
Soumis le : dimanche 12 mars 2006 - 23:31:25
Dernière modification le : vendredi 14 septembre 2018 - 09:56:02
Archivage à long terme le : mercredi 8 septembre 2010 - 15:51:18

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00009585, version 1

Collections

Citation

Florence Gétreau. La rue parisienne comme espace musical réglementé (XVIIe-XXe siècles). Les cahiers de la société québéquoise de recherche en musique, Société québécoise de recherche en musique, 2001, 5, pp.11-24. ⟨halshs-00009585⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

423

Téléchargements de fichiers

2232