La céramique grecque du palais d'Amathonte. Description et interprétation

Résumé : A l'occasion des fouilles entreprises dans les entrepôts du palais royal d'Amathonte a été découverte une grande quantité de céramiques attiques contrairement à ce qui avait été observé à l'occasion des fouilles des tombes et du grand sanctuaire. Le fait est d'autant plus intéressant que ces céramiques proviennent d'une zone d'habitat. Les tessons répertoriés datent du VIIIe à la fin du IVe siècle et sont issus des trois niveaux d'occupation du palais.
Seuls deux tessons de cratère sont datés des VIIIe et VIIe siècles. Pour les VIIe et VIe siècle ce sont une dizaine de fragments de skyphoi, des tessons de figure noire et de nombreux autres tessons de vases qui sont répertoriés. La figure noire est d'excellente qualité ce qui ne sera plus le cas au siècle suivant. Les pièces datées du Ve siècle montrent que les vases à figure rouge sont rares avant 475, mais deviennent plus fréquents dès 450. Au début du IVe siècle on assiste à une augmentation des importations, mais aussi à un appauvrissement des types répertoriés. C'est essentiellement la technique du vernis noir qui est employée. Au cours du IIIe siècle la qualité des pièces est de plus en plus mauvaise et apparaissent les bols dits ‘à coulures'.
Amathonte est le seul site cypriote d'habitat à avoir fourni autant de tessons attiques. Il semble donc que leur présence massive est à mettre en relation avec une ou plusieurs fonctions du bâtiment. Certains des fragments de vases appartenaient à des pièces luxueuses; cette vaisselle apparaît comme un marqueur social. L'utilisation de la vaisselle d'importation allait de pair avec la consommation de vin d'importation. Les grands vases d'apparat comme les cratères étaient employés dans des rites de commensalité, des rites funéraires ou des rites de compétition sociale. Enfin, certains des vases découverts sont des offrandes.
Il faut également se poser la question de l'approvisionnement en telles pièces. La céramique cypriote n'a pas le prestige de la céramique attique, mais le cuivre et l'orge sont deux richesses qui ont pu être proposées à l'échange.
Cet engouement pour la céramique attique n'a pas empêché les Amathousiens de rester très fidèles à la Perse. Néanmoins cette céramique a servi de vecteur de diffusion de mythes et usages athéniens et indique une forme d'acculturation grecque chez les élites cypriotes.
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00003915
Contributor : Denyse Vaillancourt <>
Submitted on : Wednesday, May 18, 2005 - 10:06:22 AM
Last modification on : Thursday, July 12, 2018 - 1:32:57 AM
Long-term archiving on: Monday, September 10, 2012 - 6:36:18 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00003915, version 1

Collections

Citation

Thierry Petit. La céramique grecque du palais d'Amathonte. Description et interprétation. Revue archéologique, Presses Universitaires de France, 1996, 1996, pp.211-223. ⟨halshs-00003915⟩

Share

Metrics

Record views

449

Files downloads

135