Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

EXPRESSIONS DE LA XÉNOPHOBIE EN RÉUNION PUBLIQUE ET CONSTRUCTION D'UNE IDENTITÉ DE QUARTIER : LE CAS DE YEOVILLE, À JOHANNESBOURG

Résumé : Dans les villes sud-africaines, les réunions publiques de quartier font partie de la vie populaire ordinaire. Depuis 1994 et l'élection d'un régime démocratique, elles font l'objet de fortes dynamiques d'institutionnalisation, qui en transforment les fonctionnements et les enjeux. Cet article s'appuie sur le cas de Yeoville, un quartier de Johannesburg, et analyse le rôle crucial que joue le leadership local dans la construction, à travers ces réunions publiques, d'une identité de quartier, notamment par leur positionnement face à l'expression publique de la xénophobie. La société civile d'Afrique du Sud a la réputation d'être incroyablement animée, dynamique et active. Une telle représentation découle du passé sud-africain. La lutte anti-apartheid, avec ses mouvements urbains de masse, ses mobilisations populaires dans les townships (fédérées à la fin des années 1980 sous la bannière de l'United Democratic Front, UDF, allié de l'African National Congress, ANC), ont rendu les villes « ingouvernables » et contribué à la chute du régime. Ce dynamisme demeure un trait caractéristique d'une culture politique sud-africaine dans laquelle les manifestations de masse restent un élément essentiel et original du paysage politique 1 , tandis que les réunions publiques sont au moins hebdomadaires au sein des quartiers populaires 2. Pourtant, la société civile s'est transformée après 1994 et la vie démocratique s'est depuis largement trouvé dominée par l'ANC, parti de libération. Nombreux sont ceux qui ont prédit, analysé ou déploré l'affaiblissement de la société civile dans cette nouvelle ère démocratique, où nombre de leaders locaux de la lutte anti-apartheid ont rejoint le nouveau gouvernement démocratique ou les rangs du parti au pouvoir, et où les mouvements sociaux anciennement indépendants sont désormais alignés sur l'ANC et se montrent guère plus critiques 3 : l'ANC étend aujourd'hui son emprise à de nombreuses organisations locales au point d'étouffer la plupart des formes radicales de la critique 4 .
Complete list of metadata

Cited literature [25 references]  Display  Hide  Download

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02778740
Contributor : Claire Bénit-Gbaffou <>
Submitted on : Thursday, June 4, 2020 - 4:31:54 PM
Last modification on : Saturday, January 16, 2021 - 3:09:29 AM
Long-term archiving on: : Thursday, December 3, 2020 - 1:56:06 PM

File

Expressionsdelaxenophobie Pol ...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02778740, version 1

Collections

Citation

Claire Bénit-Gbaffou, Eulenda Mkwanazi. EXPRESSIONS DE LA XÉNOPHOBIE EN RÉUNION PUBLIQUE ET CONSTRUCTION D'UNE IDENTITÉ DE QUARTIER : LE CAS DE YEOVILLE, À JOHANNESBOURG. Politique africaine, Karthala, 2012. ⟨hal-02778740⟩

Share

Metrics

Record views

40

Files downloads

70