Le droit à l'oubli

Résumé : La problématique d’un droit à l’oubli n’est pas nouvelle mais le développement des techniques de communication et de diffusion des informations via Internet lui donne une dimension totalement inédite. Le droit à l’oubli pourrait être défini comme une prérogative de la personne lui permettant d’exiger que ne soit plus accessibles à tous certains événements ou données la concernant. C’est une soustraction à la mémoire collective. Le droit doit-il intégrer un droit autonome à l’oubli ? Afin d’être en mesure de prendre position, nous avons, dans un premier temps, déterminé la perception actuelle du droit à l’oubli à travers les textes mais aussi par les protagonistes, victimes potentielles de leurs propres actes de diffusion ou de diffusions réalisés par des tiers. Dans un deuxième temps, nous avons délimité les contours d’un droit à l’oubli à travers l’identification de son objet et des acteurs susceptibles d’être concernés, spécifiquement les acteurs du numérique dont l’activité n’était pas clairement clarifiée par rapport aux qualifications juridiques du droit positif, notamment, celle de responsable de traitement. Dans un troisième temps, nous avons précisé quelles seraient les conditions d’effectivité d’un droit à l’oubli en envisageant ses modalités techniques de mise en œuvre, son articulation avec les droits des tiers, sa place dans l’échelle des normes et enfin, les sanctions de sa violation. L’idée est séduisante mais la nécessité de consacrer à un droit à l’oubli autonome ne nous semble pas si évident. La question du droit à l’oubli numérique est certes l’un des enjeux majeurs de la protection des citoyens et du respect du droit à la vie privée, voire de l’existence d’un droit à l’erreur et de la possibilité de se racheter ou plus simplement, d’un droit à la tranquillité. Néanmoins, le droit à l’oubli existe déjà, du moins implicitement. La loi informatique et libertés, la loi pour la confiance dans l’économie numérique, le droit au respect de la vie privée, sans le prévoir explicitement, comportent des prérogatives y conduisant. La jurisprudence tant française qu’européenne a su s’en accommoder et répondre aux cas critiques. L’encadrement des durées de conservation des données à caractère personnel, la possibilité de retirer son consentement, le droit d’opposition au traitement des données et le droit à l’effacement expressément prévu par la proposition de règlement, sont autant de modalités de contrôle de ses données par l’individu qui induisent un droit à l’oubli et supplantent l’intérêt de consacrer un droit à l’oubli en tant que nouveau droit subjectif.
Type de document :
Rapport
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [95 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01223778
Contributeur : Anaïs Paly <>
Soumis le : mercredi 4 novembre 2015 - 11:45:17
Dernière modification le : vendredi 17 mai 2019 - 11:16:06
Document(s) archivé(s) le : vendredi 5 février 2016 - 10:27:34

Fichier

RAPPORT-FINAL-Droit-a-loubli-2...
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01223778, version 1

Citation

Maryline Boizard, Annie Blandin, Cristina Corgas-Bernard, Gilles Dedessus Le Moustier, Sébastien Gambs, et al.. Le droit à l'oubli. [Rapport de recherche] 11-25, Mission de recherche Droit et Justice. 2015, pp.216. ⟨halshs-01223778⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

1927

Téléchargements de fichiers

4048