Arrêt de service lundi 11 juillet de 12h30 à 13h : tous les sites du CCSD (HAL, EpiSciences, SciencesConf, AureHAL) seront inaccessibles (branchement réseau à modifier)
Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Thèse

Détection de zones spatio-temporelles à fort potentiel, pour contribuer à la mise en place de services de mobilité partagée et de microtransit

Résumé : L’utilisation massive des véhicules personnels pour les trajets urbains, a engendré ces dernières années des difficultés qui paraissent aujourd’hui difficiles à surmonter. L’augmentation de la congestion et, de surcroît, des émissions de gaz à effet de serre dans les grandes agglomérations, sont des exemples concrets de ces dérives. De nombreuses solutions permettant de limiter ces aspects ont cependant été évoquées dans la littérature, comme par exemple, le développement de nouvelles lignes de transports en commun, ou encore la création de nouveaux services de mobilité partagée. Bien que ces avancées aient suscité une vive attention, la plupart d'entre elles se sont orientées vers un fonctionnement de plus en plus réactif à la demande des utilisateurs. En d’autres termes, de nombreux travaux visaient à implémenter des méthodes d’appariement dynamique entre les usagers. Ces récentes évolutions se démarquent des approches dites « conventionnelles », classiquement utilisées pour la mise en place de nouvelles lignes de transports en commun.Il semble néanmoins évident que les objectifs de ces différentes approches soient assez éloignés les uns des autres. En effet, outre les objectifs en termes d'aménagement du territoire, les lignes de transports en commun visent à répondre à une demande de mobilité massive et régulière. Alors que les services de mobilité partagée tendent plutôt à satisfaire une demande individuelle et très ciblée. C'est donc pour tenter de s'affranchir des problématiques inhérentes à chacun de ces systèmes, que des méthodes hybrides ont fait leur apparition. Parmi elles, nous pouvons par exemple citer le microtransit, ou les bus à la demande, qui constituent de réelles innovations dans le cadre de la mobilité urbaine. Au-delà de ces nouveaux services, l'émergence de récentes technologies telles que les véhicules autonomes, est venue renforcer l'idée que les transports collectifs pourraient constituer, à terme, une solution réaliste à la décongestion des agglomérations. Cette thèse vise donc à identifier les limites des systèmes de transports collectifs actuels en zones urbaines. Puis à constituer un socle théorique, permettant la conception de lignes de transports optimisées en fonction de la demande de mobilité. Les méthodes déployées devront permettre de quantifier précisément la demande, ainsi que sa répartition spatiale et temporelle. Elles devront également assurer le traitement de données massives, afin de répondre aux problématiques soulevées dans la littérature. Enfin, la généricité des méthodes appliquées devra permettre leur réutilisation dans différents contextes, et avec différents types de services ; permettant ainsi de préfigurer l’arrivée potentielle des véhicules autonomes dans le cadre d'une mobilité urbaine collective et durable.
Liste complète des métadonnées

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-03665974
Contributeur : ABES STAR :  Contact
Soumis le : jeudi 12 mai 2022 - 10:57:12
Dernière modification le : samedi 25 juin 2022 - 03:51:48

Fichier

Veve_PhD_thesis_2021.pdf
Version validée par le jury (STAR)

Identifiants

  • HAL Id : tel-03665974, version 1

Collections

Citation

Cyril Julien Veve. Détection de zones spatio-temporelles à fort potentiel, pour contribuer à la mise en place de services de mobilité partagée et de microtransit. Infrastructures de transport. Université de Lyon, 2021. Français. ⟨NNT : 2021LYSET011⟩. ⟨tel-03665974⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

44

Téléchargements de fichiers

3