s'authentifier
version française rss feed
HAL : halshs-00426237, version 1

Fiche détaillée  Récupérer au format
Charles de Foucauld, moine et savant (2009) 168 pages
Charles de Foucauld, moine et savant
Dominique Casajus 1
(22/10/2009)

Le 13 novembre 2005, l'Église catholique a admis Charles de Foucauld au nombre de ses bienheureux. La cérémonie qui s'est tenue ce jour-là à la basilique Saint-Pierre de Rome marquait l'aboutissement du long cheminement entamé en 1927 lorsque s'ouvrit le procès qui devait statuer sur ses vertus et sa renommée de sainteté. L'homme était mort à Tamanrasset le 1er décembre 1916, abattu par un adolescent apeuré alors qu'une insurrection de grande ampleur avait soulevé la majeure partie des populations du Sahara et du Sahel contre l'occupant français. C'est là, au coeur du Sahara central, que le dégoût du monde et le désir d'abaissement l'avaient porté à s'installer onze ans plus tôt. Dès les années 1920, sa vie commença à inspirer les fabricants de littérature sulpicienne. Le flot ne s'est jamais tari jusqu'à aujourd'hui, charriant année après année ces ouvrages qui ont épaissi plutôt qu'éclairci l'énigme d'une âme qu'on devine hantée par le tourment, l'intransigeance et une sombre démesure. Charles de Foucauld a cependant suscité aussi quelques authentiques travaux d'historiens, qui depuis deux ou trois décennies ont répandu de lui une image plus complexe et plus humaine que l'icône un peu fade accréditée jusque-là par l'hagiographie.
C'est dans la perspective ouverte par ces travaux que la présente biographie veut se situer. On y aborde quelques questions que les thuriféraires se sont bien gardés de poser. Des questions sur Foucauld lui-même tout d'abord, sa haine de soi, sa mélancolie, que sa conversion ne put éteindre et qui ne s'apaisèrent qu'à l'approche de la mort. Des questions aussi sur ses relations avec les Touaregs dans l'intimité desquels il a vécu presque continûment du 11 août 1905 au 1er décembre 1916. Qu'ont-ils pensé de lui ? Et lui, quels sentiments a-t-il éprouvés pour eux ? Quelle place ont-ils tenue dans sa vie ? Quelle part les travaux qu'il a consacrés à leur langue et leur culture ont-ils eu dans son cheminement personnel ? Ce long coudoiement de onze années a-t-il été une rencontre ou un simple face-à-face ?
Quelques éléments de cette biographie avaient paru en 1997 dans la revue Terrain. Voir : http://terrain.revues.org/index3167.html
1 :  Centre d'Etudes des Mondes Africains (CEMAf)
CNRS : UMR8171 – Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne – Université de Provence - Aix-Marseille I – École Pratique des Hautes Études [EPHE]
Sciences de l'Homme et Société/Anthropologie sociale et ethnologie

Sciences de l'Homme et Société/Religions
Touaregs – colonisation – linguistique – sainteté – conversion – martyre – Algérie