s'authentifier
version française rss feed
HAL : halsde-00910988, version 1

Fiche détaillée  Récupérer au format
L'Europe des Merveilles au temps de la Curiosité, ROCHAS J. ; MOCELLIN G. (Ed.) (2013) 10p.
" Introduction " au catalogue de l'exposition L'Europe des Merveilles au temps de la Curiosité "
Joëlle Rochas 1
(2013)

En Dauphiné, le cabinet de curiosités de l'abbaye de Saint-Antoine s'inscrit à la croisée de deux types d'influences : les influences italiennes et les influences germaniques, moins connues pour ces dernières. A la fin du 18e et tout au long du 19e siècle en effet, les savants étrangers qui visitent le Cabinet d'histoire naturelle de Grenoble, héritier des spécimens scientifiques du cabinet de curiosités de l'abbaye de Saint-Antoine, viennent essentiellement des états allemands. Nous nous sommes donc intéressés aux " Schatzkammern ", aux " Kunst- und Wunderkammern " de la maison de Habsbourg en Autriche et de la maison de Saxe à Dresde en Allemagne. Les cabinets germaniques ont largement influencé les cabinets de curiosités européens, si bien que l'on peut voir en eux l'origine de nombreux musées d'art mais aussi de nos institutions scientifiques muséales actuelles. Les cabinets de curiosités des princes en Europe sont une manifestation du lignage : au 16e siècle, les rois d'Espagne de la maison de Habsbourg envoient à leurs parents, les empereurs ou archiducs d'Autriche, les curiosités issues de leurs possessions dans le Nouveau Monde : ainsi s'enrichissent en spécimens exotiques les premières collections de la cour d'Ambras au Tyrol, celles de la cour de Graz ou de la cour de Vienne en Autriche et celles du cabinet de Rodolphe de Habsbourg à Prague en Bohême. D'autres cabinets de curiosités germaniques sont quant à eux le reflet des richesses minières locales exploitées par les princes : c'est le cas du cabinet du prince électeur de Saxe, Auguste le Fort, à Dresde. Du 18e au 19e siècle, les institutions savantes se modifient, de nouvelles disciplines apparaissent, telles la géologie, la géographie ou la zoologie. Progressivement, sur le tronc commun de l'humanisme, les sciences se détachent des lettres et des arts ; dans le même temps, les cabinets de curiosités se transforment en cabinets d'histoire naturelle. On assiste à cette époque à la relégation et à l'élimination de certains spécimens bizarres des cabinets de curiosités, jugés indignes de figurer dans la nomenclature en vigueur, celle de Buffon au Jardin du roi à Paris. Au milieu du 19e siècle, les cabinets d'histoire naturelle vont cependant se mouvoir à leur tour et se transformer en muséums d'histoire naturelle. Avec cette dernière étape de l'évolution de la curiosité, on redécouvre les collections exotiques des anciens cabinets de curiosités, on les intègre et les augmente de façon considérable avec l'arrivée massive des collections zoologiques exotiques. On réhabilite même d'anciennes collections qui vont figurer désormais parmi les collections anthropologiques de nos musées. Les études historiques conduites aujourd'hui sur les cabinets de curiosités montrent l'immense lieu de stockage qu'ils constituèrent pour les institutions muséales actuelles.
1 :  Environnements, Dynamiques et Territoires de la Montagne (EDYTEM)
CNRS : UMR5204 – Université de Savoie
Sciences de l'environnement/Environnement et Société

Sciences de l'Homme et Société/Géographie
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
INTRODUCTION-L_Europe_des_Merveilles_au_temps_de_la_Curiosa_.pdf(73.8 KB)